Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 août 2015 5 07 /08 /août /2015 16:57

 

             JUILLET  2015

 

Nos Rendez-Vous

 

        A notre demande nous avons été reçus par la nouvelle Directrice de l’importante Maison de Retraite « Fournier Sarlovèze » de Compiègne. Notre Présidente lui a présenté notre Association, nos activités et nos relations très suivies avec le groupe des résidents mal-voyants et non-voyants de l’Etablissement.

        Elle lui a également fait part du comportement inadapté du Personnel auprès de ces personnes: oubli de se présenter par son prénom en s’adressant à elles, difficultés de guidage, oubli d’aller chercher ces personnes pour le goûter, plateau-repas que l’on pose sur la table de la chambre, sans le signaler à la personne non-voyante qui continuera d’attendre en vain jusqu’à l’heure où il sera retiré…

        Nous avons proposé, comme nous l’avons déjà fait dans le passé, des séances d’information auprès des personnels qui se renouvellent, informations et fiches pratiques, qui faciliteront et amélioreront le service auprès des personnes déficientes-visuelles.

        Proposition qui a vivement intéressé la Directrice, d’autant plus que ces séances pourront se faire par petits groupes pour ne pas gêner l’organisation du travail du Personnel.

Pour une meilleure Accessibilité

 

        Nouvelles promenades de notre « Voyageuse d’essais » dans les gares et les trains régionaux. Le but, vous le savez, est de tester la prise en charge des  voyageurs non-voyants par les Personnels de la SNCF.

        Ces parcours se font sous le contrôle de l’Agence mandatée par le Conseil Régional.

        Anita a donc été prise à son domicile et emmenée en voiture jusqu’à la gare de Corby. Là les agents de la SNCF l’ont mise dans le train direction Amiens, où elle a été accueillie et accompagnée jusqu’à la sortie de la gare. De là, la voiture du Conseil Régional l'a transportée à la gare de Creil, où elle a été accueillie et mise dans le train pour Compiègne, terminus de l’opération. La voiture l’attendait à l’extérieur pour la ramener chez elle.

        Ces tests positifs, ces prises en charge programmés 48 heures à l’avance, se sont déroulés dans d’excellentes conditions d’accueil, d’accompagnement, de réception.

        Un grand merci aux agents de la SNCF.

 

        Un journaliste du « Courrier Picard » nous a interrogés sur la brochure que nous avons rédigée et éditée en braille pour l’Office du Tourisme de Compiègne.

        Le but espéré par cet Office, est de remettre à un touriste aveugle et solitaire un document lui permettant de visiter le Patrimoine historique de la ville.

        C’était bien là un projet de personne voyante, ignorant les contraintes réelles de la cécité, néanmoins Béatrice et  Joël ont travaillé de très nombreuses heures avec sérieux pour l’étude, l’analyse, la description du parcours.

        Tout ce travail pour réaliser un document dont la  première utilité a été, avec d’autres éléments, de permettre à l’Office d’obtenir le label « Tourisme et Handicap ».

        Il y a un monde entre la théorie et la réalité d’une personne aveugle se trouvant seule dans un environnement inconnu, dans le bruit et les dangers de la circulation, devant tenir sa canne blanche, tout en consultant la brochure en braille, pour se situer, partir jusqu’à un prochain repère, espérant être dans la bonne direction…

        Dans ce genre de situation, rien ne peut remplacer une présence humaine qui guide, sécurise et décrit.

 

        Enfin! la rénovation de nos bureaux de Saint-Quentin est en cours, 2 ans après l’incendie!

        Les différents corps de métiers vont se succéder,   menuisiers, plaquistes, électriciens, peintres…jusqu’au jour où nous pourrons quitter notre exil dans les locaux de passage du Centre Henri Matisse et reprendre avec grand plaisir la totalité de nos activités, avec du matériel tout neuf.

La Chasse au Trésor

 

        Une de nos bénévoles de l’Equipe de Laon travaille chez Bayer à Marle. A sa demande, elle a obtenu de la célèbre entreprise de produits chimiques, une subvention pour notre Antenne, que dans l’élan le Comité d’Entreprise a complétée, pour le grand plaisir de notre Trésorier.

        En Juillet, les esprits étaient sans doute ailleurs, car toutes les autres Equipes sont revenues bredouilles…

 

  Détentons nous

 

        Nous avons fait des rondes, non pas sur une piste de danse, mais sur une piste cendrée, sur des tricycles à pédales.

        Ah! le plaisir de pédaler seul, sans se soucier de l’équilibre, se préoccupant seulement de savoir où peuvent bien être les bordures et les virages…

        Pour ceux qui comme Michèle voient un peu, ça va presque bien, mais pour les autres qui comme Martine ne voient rien, il faut souvent le secours d’une voix bienveillante comme celle de Dominique.

        Nous avons donc pédalé, ri, poussé quelques cris et respiré, avec les équipements que nous ont aimablement prêtés les « Papillons blancs » de l’APEI de Laon.

 

        Après les rondes, nos membres de Laon ont voulu, eux aussi, leur journée au Tréport. Ils l’ont eue en prenant le train  saisonnier qui ne roule que pendant les fins de semaines de l’été et fait un long périple pour emmener le maximum de Picards à la mer.

        2 heures et demie de train, mais au bout: la plage, la mer, le vent… et encore le train, mais le petit train touristique qui se balade dans les rues et pousse jusqu’à Mers-les-bains et Eu.

        Le vent un peu frais les a dissuadés de mettre les pieds dans l’eau, mais ne les a pas empêchés de rougir sous les coups du soleil.

        Ils ont escaladé la falaise avec le funiculaire et là-haut, dans le restaurant qui domine le vaste paysage, tournant le dos à l’immense baie panoramique, ils se sont régalés avec les incontournables moules-frites.

        5 voyants et 3 chiennes-guides dont une en retraite, ont encadré une dizaine de mal-voyants et de non-voyants et parmi eux notre ami Francis qui après 2 AVC ne voit plus, ne  marche plus, sa parole est difficile mais il entend tout et veut participer dans son fauteuil, à toutes nos sorties.

 

        Si Paris a sa plage les mois d’Eté, sur les quais de la Seine, avec le sable, les transats et les parasols, Creil a aussi la sienne au bord de l’Oise. Si on efface mentalement le décor alentour, ce qui est facile pour nous, on peut s’amuser à imaginer le bruit de la mer, le bruissement des palmiers…

        Moïse  qui était avec nous, n’a pas voulu se baigner, ce  qui nous a peut-être évité de le sauver des eaux une nouvelle fois.

        Ce Moïse-là, pour manifester sa reconnaissance à notre Equipe de Nogent, est   venu à la permanence avec un énorme gâteau  et du bon vin parce que loin de son Congo natal, il se sent vraiment intégré dans notre famille du Fil d’Ariane.

 

 

        Notre rituel pique-nique de l’Eté a choisi cette année encore l’Abbaye d’Ourscamps.

        C’était un jour de grande chaleur, 38 degrés et nous redoutions de cuire sous le grand barnum planté au  milieu du pré. Effectivement c’était un four étouffant et l’Equipe du Siège arrivée plus tôt a déménagé toutes les tables et les chaises et les a installées assez loin de là, sous l’ombre d’une rangée de grands arbres dont les  branches basses descendaient    presque jusqu’à terre.

        Dans ce tunnel de fraîcheur, traversé par un petit vent coulis très agréable, notre Présidente et ses déménageurs nous ont accueillis, nous étions  près d’une soixantaine, avec des gobelets de rosé-pamplemousse frais, , qui a le mérite d’élever le niveau sonore de l’amitié et d’ouvrir les appétits.

        On a partagé son panier avec son voisin et sa voisine, heureux de retrouver nos amis de Saint-Quentin, de Soissons, de Nogent.

        Ensuite les plus courageux sont allés écouter l’orgue de l’Abbaye tenu par un invité de passage, qui proposait de jouer des airs à la demande. Ingénument Marie-Madeleine a demandé l’Ave Maria, que frère Gérard a entonné avec conviction, sans se douter que l’organiste était un Pasteur protestant.

        D’autres ont visité la Boutique, certains en sont sortis avec des livres édifiants et d’autres avec des bouteilles de « Potion magique « aux 52 herbes, distillée par les moines d’un monastère de Provence.

 

Sortie au Tréport

Sortie au Tréport

Nos Rencontres

 

        L’âge et la DMLA désorganisent la vie quotidienne d’une dame de Thourotte, elle a besoin de soutien, de conseils et de démonstrations de petits appareils grossissants ou parlants.

 

        Parce qu’elle ne voit plus et qu’elle nous l’a demandé pour s’évader un peu des longues journées monotones, nous allons envoyer en Alsace, à cette autre dame les livres vivants de notre Bibliothèque sonore.

 

        Nous avons fait la connaissance d’une dame mal-voyante, parente d’un  de nos bénévoles et, pour la première fois , nous avons rencontré une autre dame, atteinte de DMLA, dans la Maison de Retraite « Saint Vincent de Paul » de Nogent. Nous l’avons invitée pour le goûter et une promenade dans le Parc Hubert.

 

 

        Vous connaissez maintenant les goûters que nous organisons régulièrement pour nos amis de la Maison de Retraite « Fournier Sarlovèze ».

        C’est à chaque fois une bonne récréation, surtout pour celles et ceux qui ne sortent presque jamais de leur Etablissement.

        Ils aiment bien les pâtisseries, les fruits frais, les conversations et les rires que nous leur apportons.

        Parmi ces  personnes, notre amie Jeannette que nous aimons depuis une trentaine d’années. Elle était là, fatiguée et dolente, le visage encore tuméfié après une nouvelle chute dans sa  chambre. Pourtant nous avons vu son plaisir d’être avec nous et elle s’est montrée gourmande de gâteaux et d’affection.

 

        Trois semaines plus tard, nous étions à nouveau réunis autour d’elle, dans la Chapelle Saint Louis de l’ancien hôpital. Elle venait de quitter la  vie terrestre, une grande âme abandonnant un petit corps usé de 93 ans.

        Nous l’avons toujours connue légère et fragile comme un oiseau blessé, elle n’avait pas de santé, sujette à de violentes migraines, elle craignait le froid et le vent.

        Elle était née aveugle et abandonnée par sa mère. Elle avait vécu toute sa jeunesse dans des orphelinats où il y a peu de place pour la chaleur et l’amour. Pourtant, par sa gentillesse, la profondeur de ses sentiments, sa douceur, elle s’était fait peu à peu un réseau d’amis dont Lucienne, plus âgée qu’elle, qui la prendra pendant longtemps sous son aile.

        Peu mobile, pour échanger et pour aider, elle rédigeait ses lettres en braille et chaque semaine, pendant de nombreuses années, Guy un ami fidèle transcrivait son courrier en noir et l’expédiait, puis il lui lisait ensuite les réponses ou elles arrivaient sur cassettes.

        Malgré sa fragilité, elle était souriante, réconfortante, encourageante. Lingère à l’Hôpital Général, très croyante et musicienne, chaque Dimanche, dans la Chapelle Saint Louis de l’Hôpital, elle tenait l’orgue pendant la messe, messe suivie par les malades.

        Elle vécut ensuite une retraite douce par ses amitiés, mais douloureuse par la précarité de sa mauvaise santé, épreuve qu’elle endurait avec une grande   patience, mais la plus difficile fut sûrement d’être placée contre sa volonté en Maison de Retraite. De lointains parents, surgis du passé, crurent bon de la priver de sa petite liberté, de l’obliger à quitter son logement où elle était autonome, pour l’enfermer dans des espaces inconnus, animés par un personnel impersonnel.

        Dans cette même Chapelle Saint Louis, autour du cercueil fleuri, ses amis lui ont dit leur peine et leur admiration. L’orgue est resté silencieux et on ne pouvait pas s’empêcher de penser que certaines âmes fortes choisissent de s’incarner dans des corps douloureux, pour aider ceux qui les approchent à grandir.

 

Maison de retraite de Saint Vincent de Paul
Maison de retraite de Saint Vincent de Paul

Maison de retraite de Saint Vincent de Paul

Partager cet article

Repost 0
Published by le-fil-dariane
commenter cet article

commentaires