Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2016 7 17 /04 /avril /2016 09:08

Pour une meilleure accessibilité

 

          Ce mois-ci 2 réunions de la Commission d’Accessibilité d’Amiens. La première à l’Hôtel de Ville, pour faire le point sur les aménagements en cours dans la ville et la seconde au Parc Saint Pierre, en vue de tester et de choisir entre 3 propositions de revêtements de sol pour les allées des cimetières.

          Premier test : un revêtement caoutchouteux percé de trous, rejeté unaninent par toutes les Associations présentes. Deuxième test : une allée en béton, pratique mais peu esthétique. Troisième test : un sol stabilisé, compact, recouvert d’une grille métallique, permettant et protégeant la croissance du gazon.

          Ces 2 dernières propositions ont reçu l’aval aussi bien des personnes circulant en fauteuils que celles maniant la canne blanche.

          La Municipalité choisira entre l’aspect et le coût.

 

          Réunion de la Commission d’Accessibilité du District de Saint Quentin pour examiner les travaux et les aménagements  qui vont se faire sur le parvis de la Gare.

 

          Anita notre « voyageuse d’essai » a essayé pour nous la prise en charge des déficients visuels par les agents de la SNCF.

            Sur le parcours Creil-Beauvais, bonne coordination de la réception et des accompagnements, mais sur le parcours Amiens-Corby, bon départ d’Amiens avec le guidage jusqu’à la place assise, mais personne pour l’accueillir à Corby, elle est restée seule sur le quai, jusqu’à ce qu’un voyageur intervienne…

Nos Rendez-vous.

 

          Conférence à la Faïencerie de Creil sur le thème : 30 ans après Tchernobyl, un film documentaire sur cette catastrophe nucléaire et ses conséquences encore actuelles.

          Cette conférence intitulée « Atomic-radio », peut-être pour la rendre plus réaliste s’accompagnait d’une bande-sons, dont les décibels ont dévasté les oreilles des plus de 20 ans !

 

          Nous avons siégé à la COMEX, la Commission exécutive gérant les activités de la MDPH de l’Oise.

 

          Nous avons siégé également dans 2 réunions de la Commission départementale d’Accessibilité de l’Aisne, celle qui examine en particulier les aménagements pour les personnes handicapées,  dans tous les Permis de construire concernant les ERP, Etablissements recevant du public.

 

          Nous avons siégé aussi dans la Commission des Droits et des Libertés de la MDPH de Laon, là où sont examinées les dossiers d’aides et d’allocations des personnes handicapées. Notre Vice-Présidente Dominique Javier, titulaire du poste, y participait avec Michèle Auburtin, responsable de notre Antenne de Laon, qui va lui succéder dans cette Commission.

 

          Pour élargir l’audience des 800 Permanences-clubs que nous ouvrons chaque année en Picardie, nous avons tenu en Mars 4 permanences extérieures : 2 au Centre hospitalier de Beauvais, une à la MDPH de l’Aisne, (qui fêtait son 10eme anniversaire) et une à la Mairie d’Hirson.

 

 

Communiquons

 

          Avec nos tablettes, nos poinçons, nos Perkins, nous avons animé 2 séances d’information sur le braille, au Lycée professionnel Saint Vincent de Paul de Soissons.

          Explications, démonstrations de cet alphabet que l’on écrit avec des trous et que l’on lit avec des bosses.

 

          Ainsi dans le domaine de l’adaptation, notre équipe de Beauvais a fait fort.

          Il s’agissait pour commencer d’inaugurer la Semaine du Handicap, à la MDPH de l’Oise. L’équipe s’est répartie en duos et a présenté des ateliers du Goût, du braille, de la Mal-voyance, de la Bibliothèque sonore, de matériels adaptés et de Jeux.

          Imaginez le spectacle des personnes  les yeux bandés, essayant gravement de deviner ce qu’elles étaient en train de croquer, circulant timidement avec une canne blanche en se heurtant aux autres, tâtonnant pour suivre du doigt les petits groupes de points en relief, tentant de jouer aux Dames, avec des pions chantournés à poser dans les cases creuses…

          Tout cela avec des questions et des rires, leur montrait que les premières grandes émotions passées, notre handicap nous stimule et nous incite à trouver des solutions pour reprendre notre place dans la vie.

 

          Ensuite dans l’élan, nous avons redéployé tout ce dispositif dans l’Ecole Bossuet, devant les élèves du CM 2. C’est un plaisir de faire tous ces jeux avec les enfants qui sont de « bons clients ».

 

          C’est pourquoi un peu plus tard, nous avons installé à nouveau tous nos ateliers devant les élèves de CM 1 et de CM 2 de l’Ecole du Commandant Cousteau. Les enseignants en ont redemandé et une semaine plus tard, nous sommes revenus dans cette même Ecole jouer avec les enfants plus petits de CE 2 et CM 1.

 

 

Stages et enquêtes

 

          2 groupes de 3, soit 6 jeunes filles du Lycée Jean-Paul II se sont présentées pour participer à une action de notre équipe, dans le cadre de leur « Passeport pour le Bénévolat ». Nous comprenons bien l’intention de l’Education Nationale d’aider les jeunes à découvrir les Associations et le sens et l’utilité de leurs services. La difficulté pour nous est de les intégrer sans préparation et pour un très court moment, dans nos activités qui demandent compétence et continuité.

          C’est tout de même pour ces futurs adultes la possibilité de faire un premier pas dans le civisme actif.

 

          Trois élèves de Première du Lycée François Truffaut de Beauvais sont venus à plusieurs reprises nous voir pour préparer une épreuve orale sur le thème qu’ils ont choisi : la Déficience visuelle.

 

          L’étudiante en diététique, qui le mois dernier nous a soumis un intéressant questionnaire sur notre perception des goûts, sur notre  capacité d’identifier les aliments et à les cuisiner seuls, a complété ses informations en allant poser les mêmes questions à nos amis de Nogent.

 

 

Soyons autonomes

 

          Michaël, non-voyant ayant eu des ennuis de santé assez graves avait dû se séparer de son chien-guide, replacé dans son Ecole de formation à Paris.

          Maintenant qu’il va mieux, le maître et son guide ont vraiment été heureux de se retrouver et l’un des deux, tout frétillant, a sauté à la figure de l’autre pour lui faire une grande liche et lui dire qu’il était prêt à l’emmener à nouveau dans de grandes balades.

 

          Alice est une dame de 55 ans, albinos, très mal-voyante et déficiente mentale, résidente de l’Arche de Trosly-Breuil.

          A la demande de sa famille, elle a reçu Joël pour une initiation au maniement de la canne blanche. La première séance a suffi pour ne pas poursuivre cette formation, les réactions d’Alice étant trop incertaines devant les obstacles et les difficultés, livrée à elle-même, elle risquerait de se mettre rapidement en danger.

 

          Nous l’avons déjà présenté, à 77 ans Pierre est maintenant un habitué de notre permanence d’Hirson. Il a perdu la vue brusquement, il y a un an, sans que médicalement la cause en soit connue.

          Il habite la Flamanderie un petit village de Thiérache, il a pris un rendez-vous avec Joël pour un cours de  circulation avec la canne blanche.

          On sait que dans un petit village il est parfois difficile de jalonner son parcours de repères stables, quand par endroits, on n’a pour se situer qu’une bordure d’herbe ou un petit talus, plutôt qu’un trottoir ou le mur d’une maison. Pourtant à la fin de la séance, Pierre était très content de se sentir capable d’aller seul maintenant chez son fils, à quelques centaines de mètres de là.

 

          Toujours en Thiérache, dans le village de saint Michel, là aussi première séance de travail avec la canne blanche. Marie-Christine a 64 ans, mais sa condition physique est très fragile, la chimio-thérapie qui traite sa leucémie, lui fait perdre progressivement la vue.

          Elle redoute la sombre échéance et demande des conseils pour apprendre à s’organiser. Maria et Paule, toutes deux non-voyantes et très autonomes dans leur vies quotidiennes, la conseillent et l’encouragent, mais pour sa mobilité, difficulté supplémentaire, sa faiblesse l’empêche de tenir debout plus d’un quart d’heure. Elle a besoin de ses 2 mains pour se déplacer avec un déambulateur à 4 pieds, lui permettant de faire des pauses assise.

          C’est encore ainsi qu’elle circule dans les grandes surfaces, mais dit-elle, si je ne vois plus ?…

          Son mari très diminué par une forte silicose ne peut guère l’aider.

 

 

Nos Rencontres

 

          Deux « nouvelles » amies à Laon.

          Renée vient de découvrir notre permanence et s’y plaît beaucoup. Une   cataracte inopérable lui laisse très peu de vision, mais elle est tout de même très active, curieuse de tout et désire participer à nos sorties.

          Elle habite Crécy sur Serre, elle a 90 ans et c’est son beau-frère à peine plus jeune qui l’accompagne.

 

          Une autre dame s’est faite connaître, la DMLA l’a récemment privée de la lecture et elle s’intéresse à notre bibliothèque sonore.

          Elle s’appelle Renelle, elle habite Monceau le Waast et elle a 95 ans.

 

          A la demande d’une Assistante sociale, José-Marie a rencontré Bernard chez lui à Creil. Un glaucome obscurcit sa vue, très fatigué, très affecté il a besoin d’aide et de soutien.

 

          Nous avons eu un premier contact avec Pascal mal-voyant d’Attichy. Ce sont deux de nos membres de Nogent qui l’ont connu au stage de   réadaptation Sainte Marie de Paris et l’ont invité à notre tournoi de bowling, nous le reverrons.

 

          Notre équipe de Soissons suit Charlène depuis ses 3 ans, mal-voyante, très diminuée par la myopathie et très remarquablement soutenue par sa Maman.

          Dès la Maternelle Charlène a bénéficié d’une des toutes premières Auxiliaire de vie scolaire en France, car dans ce domaine l’Aisne a été un département pilote grâce à l’action de Marie-Christine Philbert, fondatrice et Présidente de l’Union des associations d’handicapés de l’Aisne.

          La petite fille a grandi et malgré ses  immenses difficultés, elle a progressé dans son travail scolaire et cette année, dans son fauteuil, elle va passer son Bac.

          Bravo à elle, bravo à sa Maman et bonne chance.

 

          Des nouvelles de Margot, cette jeune femme de Betz près de Crépy en Valois.

          Nous l’avons connue à l’Hôpital de Soissons , quand elle venait de perdre la vue. Elle a d’autres difficultés de santé et nous allons relancer son dossier à la MDPH de l’Oise, car jusqu’à maintenant, elle reste sans ressources.

 

 

Nos Petits Bonheurs

 

          Nous en avons trouvés un peu partout, en balades dans la forêt qui hésite encore à verdir, où naissent les premiers timides chants d’oiseaux, à la table-école autour d’un colombo de   poulet, à la  piscine, avant que le public arrive, pas de bruits, pas de musique, le rêve, se laisser flotter sur le dos, sans presque bouger, les oreilles dans l’eau laissant entendre un bruissement mélodieux… on s’abandonne, on se laisse porter, sans images, dans l’espace, en apesanteur… plaisir raffiné.

          A l’opposé, on a pu choisir aussi le roulement des boules, le choc des quilles, les rires, les éclats de voix, les contestations pendant le tournoi de bowling. Nous étions une quarantaine répartis en doublettes: une personne qui voit et une qui joue dans le brouillard. De toute façon les résultats sont aléatoires et avec les boissons et le goûter, tout le monde est content.

          On nous a projeté en audio-description le film « Harry à l’école des sorciers » pour rire de ce qui nous fait peur.

          Enfin le grand jeu : « Madame Butterfly »  de Puccini, joué et merveilleusement chanté à l’Opéra de Reims. Beau spectacle sans doute, mais pour nous magnifique musique où on pleure avec l’amoureuse abandonnée.Représentation en audio-description, ni en japonais, ni en italien mais en français.

Partager cet article

Repost 0
Published by le-fil-dariane
commenter cet article

commentaires