Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 septembre 2016 7 11 /09 /septembre /2016 20:09

Août 2016

 

Nos Petits Bonheurs

 

    Août est plutôt le mois des Grands Bonheurs, celui de la grande détente, de la découverte de nouveaux paysages, de nouveaux visages, c’est le temps libre des loisirs et des plaisirs.

    Comme les autres le Fil d’Ariane a donc fermé ses portes, sauf celle de Compiègne qui a été démontée pour travaux et celle de Nogent restée entr’ouverte.

 

    Ainsi, par exemple, nous avions programmé un pique-nique dans les jardins de la Faïencerie et peut-être même une baignade dans l’Oise à la plage toute proche, sauf que… le jour dit, la pluie et le vent nous ont chassés des jardins et repoussés dans une brasserie à quelques pas de là. Heureusement bien au sec, après lui avoir commandé à boire, le patron nous a gentiment laissé ouvrir nos paniers et partager nos victuailles.

 

    Il faut croire que l’expérience ne nous a rien appris puisque nous avons programmé un autre pique-nique la semaine suivante, cette fois-ci dans le Parc de loisirs de Saint Leu d’Esserent. Ce jour-là il a fait très chaud, très très chaud, si bien qu’il a fallu se cacher dans un coin d’ombre pour étaler nos nappes avant de s’asseoir par terre pour sortir nos salades, nos viandes froides, nos gâteaux et déboucher du rosé encore presque frais.

    Ensuite, plus tard, quand le soleil s’est calmé, nous nous sommes baladés à toute petite vitesse, en pédalos sur le magnifique plan d’eau, des pédalos à 4 places, 2 devant pour le plaisir de pédaler et 2 derrière pour le bon plaisir de ne rien faire.

 

 

Brèves rencontres

 

    La première avec Ola quand nous venions de fermer notre local. Ola n’est pas son nom, c’est ce que nous avons retenu du sien difficile à prononcer. C’est un Nigérian aveugle, probablement sans papiers, ne parlant pas le français. Gabrielle, notre responsable, prof d’anglais avant le Fil d’Ariane, a pu échanger quelques mots avec lui et ils se sont fixés un prochain rendez-vous.

 

    Appelés par le Foyer de vie de Monchy Saint Eloi, nous y avons rencontré ses éducateurs spécialisés, mais pas l’homme non-voyant que nous devions voir.

    Ce monsieur, handicapé mental, traverse une crise difficile et se ferme actuellement à tous contacts et n’a pas voulu nous recevoir.

    Pour faciliter les choses, quand il ira un peu mieux, nous l’inviterons avec un petit groupe de ses amis, à partager un goûter au Fil d’Ariane.

 

 

Des Paroles qui ne s’envolent pas.

 

    Ce sont celles de notre Bibliothèque sonore qui depuis plus de 30 ans, vous apportent, gratuitement, en Picardie et bien au delà, des milliers et des milliers d’heures de détente d’émotions et de culture.

    Chaque mois des  ouvrages nouveaux enregistrés dans nos 4 studios sont mis en circulation. Ces livres qui arrivent chez vous et en repartent en franchise postale, peuvent vous parler à toute heure du jour, de la nuit et les Dimanches et les jours fériés, selon votre bon plaisir. Ils vous accompagnent pendant les longues heures vides de vos journées sans images, sans visages, sans sourires ni gestes amusants ou affectueux à regarder.

    Les livres les plus demandés sont bien sûr les romans et surtout les romans policiers, dont les plus récents pourtant dérivent de plus en  plus dans la violence, la souffrance, l’angoisse qui ne sont sans doute pas les meilleurs ingrédients nécessaires au plaisir d’être surpris par une intrigue bien menée.

 

    On aimerait vous faire découvrir davantage  des aventures réelles, mouvementées, artistiques, historiques  ou héroïques. Il y a des mystères que la science perce peu à peu et d’autres qu’elle n’explique pas…

    On peut choisir dans différents  niveaux d’intérêt dans notre Bibliothèque, pour se distraire, s’émouvoir, pour découvrir, pour réfléchir et toujours pour s’enrichir, comme les oiseaux qui selon leur espèce, choisissent différents étages dans le même arbre qui les abrite.

 

    Voici le premier livre que nous vous présentons: c’est la vie étonnante et prodigieuse d’un des plus grands ténors de notre époque Luciano Pavarotti, racontée avec le talent que nous lui connaissons tous, Eve Ruggeri. Cette écoute vous donnera certainement l’envie d’entendre ses disques et vous fera peut-être aimer l’opéra.

    Référence: Bio 010.  5 CD

 

 

Gare!

Nos locaux motivent  (suite)

 

    comme nous vous l’avions dit en Juillet, des ouvriers sont venus changer toutes les fenêtres de nos bureaux rue Saint Nicolas.

    Nous avions pris nos précautions pour que tous nos équipements soient bien protégés de la poussière et des chocs et le résultat est magnifique!

    Les fenêtres sont vraiment belles, isolantes et insonorisantes avec des vitres de triple épaisseur, ce qui est parfait, en particulier pour notre studio-sons.

    Ils ont changé aussi la porte d’entrée de notre petit immeuble, la nouvelle, moderne et accueillante est encadrée par nos 2 petites vitrines que nous avons rénovées. Comme ils l’avaient promis, Nadia et Jean ont repeint en jaune clair les 2 étages de notre cage d’escalier. Tout est donc merveilleux.

    Un grand merci à la Mairie qui embellit et modernise nos locaux et un grand merci aux ouvriers qui ont si bien travaillé malgré les grandes chaleurs.

 

    Mais…

 

        Catastrophe!!!

 

    Les techniciens et un architecte qui sont intervenus pendant ces travaux, ont été littéralement effrayés par l’état du sol de notre grand bureau bleu et de notre atelier-salle de jeux-cafétéria. Vus d’en dessous au rez de chaussée, nos 2 planchers montrent, parait-il, qu’ils amorcent leur effondrement et  ils ont dû les étayer pour nous permettre de vider ces pièces sans accident!

    Nous avions signalé depuis longtemps aux Services techniques de la ville que des fissures apparaissaient dans le revêtement de ces 2 sols depuis qu’un four à haute température  avait été installé pour les sculpteurs sous nos bureaux, mais on nous avait rassurés, rien de grave nous avait-on dit mais aujourd’hui les poutres sont sans doute cuites…

 

    Des solutions s’imposent, nous ne savons pas encore lesquelles, Maria notre Présidente a rendez-vous très prochainement avec notre Maire.

Published by le-fil-dariane
commenter cet article
27 août 2016 6 27 /08 /août /2016 18:52

Juillet 2016

 

Un petit mois de Juillet qui sent déjà les vacances

 

Nos Rendez-vous

 

      Par le train et avec nos 2 chiens-guides, nous sommes allés tenir notre Permanence dans la Mairie d’Hirson, où nos membres de ce secteur se retrouvent avec plaisir et commencent à constituer une intéressante identité de groupe.

 

      Invitation à la Mairie de Soissons des représentants de « l’Union des associations des personnes handicapées de l’Aisne », dont le Fil d’Ariane est un des membres fondateurs.

      On nous a demandé d’élaborer un plan d’interventions pour sensibiliser les personnels de la Mairie aux différents handicaps que nous représentons. Nous allons donc nous mettre au travail.

 

      Trois fois nous sommes retournés à Laon pour des réunions de la CDPAH, la Commission des Droits à l’Autonomie des Personnes Handicapées, de la MDPH.

      Il fallait en effet se dépêcher en raison des très nombreuses demandes d’aides à l’Invalidité, en particulier pour les enfants  dont les dossiers doivent être prêts pour la rentrée.

 

      Réunion de la Commission départementale d’accessibilité de l’Aisne, qui en particulier vérifie la conformité des Permis de construire, aux règles d’accessibilité des personnes handicapées dans les lieux recevant du public.

 

      Réunion du Conseil d’Administration de l’Union des associations des personnes handicapées de l’Aisne.

 

      Réunion à l’Hôtel de Ville de Saint Quentin avec Audrey, guide-conférencière de l’Office du Tourisme. Nous la connaissons bien pour avoir travaillé ensemble sur plusieurs sites dans le cadre du label « Tourisme et handicap ».

      Audrey a donc organisé une réunion préparatoire à une prochaine manifestation dont elle est responsable, sur le thème de l’accessibilité des déficients visuels aux lieux culturels de la ville.

 

 

Pour une meilleure accessibilité

 

      Nous rencontrons des difficultés dans la mise en place du nouveau plan de circulation des bus de Laon. Notre adaptation aux nouveaux parcours n’est pas facilitée car l’annonce sonore des stations ne fonctionne plus. On nous a expliqué qu’il fallait laisser aux techniciens le temps de reprogrammer les bandes sonores.

      Une de nos membres doit maintenant traverser l’artère principale à 4 voies pour atteindre sa station et le refuge-piétons central n’est matérialisé que par des bandes de peinture indécelables à la  canne et déroutantes pour nos chiens.

      (Nous avons déjà rencontré ce vrai danger dans d’autres villes et obtenu un trottoir central-refuge.)

      Et puis le Poma est supprimé!

      Le Poma c’est le célèbre funiculaire qui permettait d’escalader la « montagne » de Laon pour passer sans fatigue de la ville basse à la ville haute. Plusieurs de nos membres l’empruntaient, puisque comme la majorité de la population ils habitent dans la ville basse et que notre local est tout en haut de la ville…

 

      A Trosly-Breuil Béatrice et Joël ont travaillé avec des résidents mal-voyants de l’Arche, qui ayant pris leur retraite, ont été regroupés dans un nouveau pavillon.

      Cumulant avec la déficience visuelle d’autres handicaps mentaux ou physiques, ils se sentent perdus dans leur nouvelle résidence. Il a donc fallu avec patience, leur trouver des repères facilitant leur circulation dans leur nouveau lieu de vie.

 

 

Nos Rencontres

 

      Corinne est venue renforcer notre équipe de saint-Quentin, elle maitrise le logiciel d’enregistrement Audacity, elle aime l’informatique et se propose d’aider Agnès notre responsable, pour les tâches administratives.

 

      Nathalie bien que voyante, nous demande des cours de Braille et propose quand elle sera « au point » d’assister Béatrice et de donner à son tour des cours de Braille aux nouveaux déficients-visuels.

 

      Nous avions reçu à Compiègne une jeune maman portant  son tout petit bébé dans un couffin. La sentence médicale venait de tomber : l’enfant était aveugle !

      Comme ça arrive quelques fois en pareille circonstance, l’annonce avait fait fuir le père, mais la maman pleine d’énergie, voulait savoir ce que l’avenir réservait à son bébé.

      Elle était forte et de plus avait emmené sa mère, son père et sa grand’mère, tous faisant bloc autour de l’enfant.

      Nous avions alors décrit des perspectives encourageantes en soulignant d’abord l’évolution des mentalités, les progrès pédagogiques et l’évolution considérable et permanente de la technologie au service de la vie quotidienne, culturelle et professionnelle. Ensuite nous avions parlé de  l’accompagnement par les lois pour l’accessibilité et les ressources pour vivre et compenser le handicap.

 

      Nous venons de revoir l’enfant dans le bureau de Saint-Quentin, il a 8 ans,  il s’appelle Erwann, c’est un beau garçon, rapide, intelligent et plein de vie. Il est élève à l’ERDV, l’Ecole Régionale des Déficients Visuels de Loos-les-Lille.

      Sa maman, elle, plongée par la vie dans le monde de l’enfance non-voyante s’y est investie et a créé à saint-quentin une association que nous connaissons bien « Des doigts pour voir » qui s’occupe spécifiquement des enfants sans lumière et de leurs parents.

                   Magnifique !

 

 

Nos petits bonheurs

 

      Christiane a voulu fêter son anniversaire avec nous à Saint Quentin. elle nous a régalé par sa bonne humeur, sa pâtisserie, ses boissons à bulles, et nous, nous l’avons couverte de compliments et aidée un peu pour souffler ses 90 bougies ! Belles lumières.

      Grand goûter avec nos nombreux amis de la Maison de retraite Fournier Sarlovèze. Les 2 inlassables Brigitte se sont occupées de tout, fait les gâteaux, préparé les sachets individuels de fruits frais et rassemblé tout le monde avec bien sûr  Annie et son fauteuil volant. Les assistantes de la Maison ont rempli nos verres de boissons rafraîchissantes pour arroser nos bavardages, nos petits bouts de chansons, nos souvenirs et nos rires… Ce sont des choses simples, mais c’est l’amitié qui nous relie qui leur donne de la saveur.

      Marcher ouvre l’appétit, c’est bien connu et nos randonneurs après avoir traversé la forêt jusqu’à Vieux Moulin se trouvaient dans de parfaites conditions pour marquer la dernière randonnée avant les vacances  par un bon déjeuner pris dans l’unique buvette-épicerie-restaurant du village. Pour être associés à ce rite, les conjoints non-marcheurs ont retrouvé nos marcheurs à table.

      Peut-être recommenceront-ils l’opération le mois prochain pour célébrer la première randonnée de la nouvelle saison.

      Maintenant que nous sommes des habitués, on nous a tendu des casques VHF, dès notre arrivée au cinéma Majestic et pour 4 euros 80 nous avons bien ri aux malheurs bien contemporains de « Retour chez ma mère », ma mère étant Josiane Balasco.

 

 

Gare!

Nos locaux motivent. (suite)

 

      Ils l’avaient promis, ils vont le faire !

      Grand remue-ménage dans nos bureaux rue Saint-Nicolas, juste avant de partir en vacances parce que les agents du Service technique de Compiègne, vont venir pendant le mois d’Août, changer toutes nos fenêtres, qui sont déjà là depuis plus de 100 ans.

      Il a donc fallu partout repousser les meubles pour dégager les accès et surtout, tout mettre à l’abri de la poussière et des chocs, en emmaillotant nos ordinateurs, nos imprimantes papier, CD, Braille, nos duplicateurs et au 2eme étage tout le fragile matériel de notre studio d’enregistrement. Pourtant pendant ce temps-là, il faudra tout de même se faufiler entre les coups de marteau, les échelles et les ouvriers, pour assurer l’envoi des CD de notre bibliothèque sonore, que nous n’osons jamais interrompre.

      Enfin pour faire bonne mesure, Nadia et Jean ont promis qu’ils repeindraient les 2 étages de notre cage d’escalier avec leurs longs pinceaux télescopiques !

Published by le-fil-dariane
commenter cet article
24 juillet 2016 7 24 /07 /juillet /2016 12:17

 

                   Juin  2016

 

 

Nos Rendez-vous

 

          Pour être plus près du public, nous avons tenu 3 Permanences extérieures : au CCAS de la Mairie d’Hirson, à la MDPH de Laon et à la « Maison des usagers » du Centre hospitalier de Beauvais.

 

          Participation aux travaux du COMEX, le Comité exécutif de la MDPH de Beauvais, pour le suivi de son activité et de sa gestion.

 

          Participation également aux travaux de la Commission départementale d’Accessibilité de l’Aisne, pour le contrôle de la conformité des permis de construire, aux règles d’accès des personnes handicapées aux Etablissements recevant du public.

 

          Nouvelle séance de travail avec le « Comité handicaps » du Centre hospitalier de Beauvais, pour la préparation de nos interventions d’information dans les Services de soins.

 

          Réunion avec la Direction de ce même hôpital afin d’établir le bilan de la « Maison des usagers », qui à l’initiative déjà ancienne du Fil d’Ariane permet à toutes les Associations participantes d’informer les patients et leurs familles, d’un accompagnement associatif possible pour les personnes éprouvées de façon durable dans leur santé.

 

          Méril assistante de l’UTC est venue installer dans nos bureaux l’application du réseau « Bip Bop » pour un essai expérimental de leur Centrale de liaison entre personnes bénévoles et personnes handicapées, pour de petits services.

 

          Réunion à la Mairie de Noyon pour la préparation du prochain Forum des Associations au Parc des Tanneurs.

 

          Réunion à la Mairie d’Amiens pour la préparation, là aussi, du prochain Forum « Agora ».

 

          Un rendez-vous manqué ! Cette fois-ci encore comme en 2015, nous avons dû  renoncer à la visite du Salon « Autonomic », qui présente toutes les innovations techniques pour les personnes handicapées. Ce sont comme la fois précédente les grèves de la SNCF qui nous  ont empêchés de nous rendre à Paris.

          Nous n’avons plus que 18 mois à attendre pour le prochain Salon, si toutefois la SNCF le veut bien. Consolons-nous en nous disant que ce jour-là, les nouveautés que nous aurions achetées 3 ans auparavant seraient déjà obsolètes.

 

          Nous avons été invités à Soissons au départ d’une opération de sensibilisation du Corps médical et des Pouvoirs publics pour une maladie orpheline des terminaisons nerveuses, actuellement sans traitement.

          C’est un habitant de l’Aisne touché par ce mal, qui a lancé l’alerte. Pour se déplacer il doit se mettre à genoux sur un tricycle qu’il actionne avec les bras. Son but était de rallier Montpellier en attirant l’attention tout le long du parcours.

          Il est parvenu après 3 semaines de courage et d’obstination à cette ville où travaille une prestigieuse Académie de Médecine…

 

          Invités à la « Soirée blanche » par le « Service 41 » qui regroupe les clubs de service Lions, Rotary et Kiwanis, nous y avons rencontré les représentants de l’Association « le Rêve », à l’honneur ce soir-là, comme nous l’étions nous, l’année dernière. Leur but : réaliser le rêve d’un enfant très gravement malade.

          Ainsi une petite fille de 8 ans et ses parents sont allés rêver avec les personnages fabuleux et les spectacles féériques d’Euro Disney.

 

Communiquons

 

          Karima dont nous vous parlions le mois dernier,  jeune maman non-voyante continue d’intervenir dans l’Ecole communale de Villers Saint Paul dont son fils  est élève.

          Elle y revient actuellement chaque semaine pour parler à une nouvelle classe de la condition des personnes aveugles, de leurs ressources techniques et leur propose une petite initiation au Braille sous forme de jeux.

 

          Participation à l’exposition réalisée par les élèves de l’Ecole Bossuet de Beauvais dans laquelle nous sommes souvent intervenus. Cette exposition traite le thème de la cécité, de la vie quotidienne, des aides techniques et du Braille. Bien illustrée par de nombreuses photos, elle est un beau bilan du travail de l’année.

          Beau travail également des élèves de CE2 de l’Ecole Saint Exupéry. Eux aussi sur le thème de la  différence ont choisi la Déficience visuelle. Pour concrétiser leurs connaissances à la suite de nos interventions et de leurs recherches, ont  eux-mêmes créé une bande dessinée en réalisant les dessins et les textes. Le sujet : les exploits en Amazonie de Greg, un enfant super héros aveugle !

          Ils nous ont demandé de transcrire les textes des bulles en Braille, ce que nous avons fait après avoir agrandi leurs  planches A4 en A3. Le résultat a beaucoup plu aux enfants et à leur institutrice.

          Retour au Lycée professionnel de Vaumoise, pour intervenir devant 2 groupes de 20 élèves de seconde se préparant aux  métiers d’aide à la personne.

          Nous avons parlé essentiellement des techniques et des méthodes utiles aux tâches quotidiennes des personnes déficientes visuelles : l’organisation, les approvisionnements, la préparation des repas, l’entretien, les déplacements…

 

          Beaucoup de monde pour la « Fête des Associations » dans le parc de la Faïencerie de Creil, (il faisait beau ce jour-là !). Nous y avons planté notre stand d’information et accompagné nos nombreux échanges de remises de documents.

 

 

Gare ! nos locaux motivent (suite)

 

          La situation évolue à Soissons, nous devrons quitter nos bureaux actuels, place Mantoue près de la cathédrale, avant la fin de l’année, la Mairie ayant   vendu l’immeuble. Nous venons de visiter un Centre social dans lequel nous pourrions disposer provisoirement d’une salle en partage une fois par semaine. Alors comment faire avec notre ligne téléphonique et internet, nos ordinateurs, notre matériel administratif, nos fichiers, nos documents ?…

          De plus le Mercredi jour de permanence, les enfants envahissent le local pour leurs activités !

          Nous attendons d’autres propositions.

          Tout cela bien sûr n’est que provisoire puisque nous serons relogés dans la future « Maison des associations » … dont la première pierre n’est pas encore posée.

 

 

Nos Rencontres

 

          Revu avec plaisir Jean-Louis, il a maintenant 70 ans, habite Aulnoy et a perdu la vue depuis longtemps quand il travaillait à la Sucrerie de la ville, un jet de potasse lui a brûlé les yeux. Il revient dans nos permanences et dans nos sorties.

 

          Nous apprécions aussi le courage de Régis de Laon. Depuis sa retraite 2 AVC successifs lui ont privé d’abord de la vue puis de sa mobilité. Il participe tout de même à nos sorties dans son fauteuil roulant.

 

          Michel mal-voyant 80 ans, lui aussi de Laon, vient de recevoir la médaille de bronze de la Protection Civile, pour les services rendus en tant que radio-amateur, dans les liaisons avec les postes de secours, lors d’accidents dans le département de l’Aisne. C’était bien sûr avant l’ère du portable.

 

          Céline dont nous vous avons parlé le mois dernier, a commencé ses séances de lecture à haute voix dans nos permanences de Saint Quentin. Elle lit à la demande ce qui intéresse nos amis dans les journaux et les revues, les nouvelles locales, les nouveaux magasins, l’horoscope et toutes les petites informations qui d’habitude nous échappent.

          Etant elle-même handicapée physique née sans mains. Elle tourne pourtant les pages et lit d’une voix assurée et tranquille.

 

          Monique de Soissons a 70 ans et est touchée par la DMLA et une baisse de l’audition.

 

          Laetitia a 20 ans, sa vue a été très abîmée par l’opération d’une tumeur au cerveau. Elle souhaite quitter son village près de Montdidier pour habiter Margny et vient de commencer les cours de Braille avec Béatrice.

 

          Léone mal-voyante de 75 ans, nous ne la connaissions que par notre service de la Bibliothèque sonore, elle vient d’entrer dans la Maison de retraite Fournier sarlovèze et nous pourrons la voir souvent car elle est très seule.

 

          De nouvelles personnes bénévoles sensibles et actives nous font l’amitié de venir renforcer nos équipes et nous les accueillons avec plaisir et reconnaissance.

           A Saint-Quentin  Cendrine pour les accompagnements et Corinne pour l’administratif et l’informatique.

            A Nogent Sadia disponible pour les fins de semaines.

        A  Noyon Sabine se propose d’être notre correspondante dans cette ville.

          A Compiègne Pâquerette viendra nous guider dans nos promenades et Evelyne douée artistiquement, aidera à la réalisation de jolis objets pour nos ventes.

 

 

Nos Petits Bonheurs

 

          En Juin nous sommes arrivés à la 4eme étape de notre parcours annuel avec notre partenaire la classe ULIS du Collège Ferdinand Bac. Rappelez-vous en premier une séance de soutien à leur imagination pour la création de leur conte rocambolesque, ensuite une promenade de découverte des plantes sauvages de leurs vertus et de leurs légendes, ( mais il pleuvait ce jour là ). Troisième étape les élèves auteurs-acteurs nous racontent ce fameux conte et enfin ce mois-ci, la classe nous  invite à la dégustation de mille délicieux petits plats salés ou sucrés, qu’ils ont préparés eux-mêmes avec bien sûr l’aide  de Sylvette leur professeur et d’Amandine leur auxiliaire de vie scolaire.

          Nous avons été servis et régalés par ces enfants, au milieu d’un grand nombre de parents et de professeurs, très gourmands eux aussi.

          Le cycle aurait dû se terminer là, mais nous avons ajouté une cinquième étape à nos échanges Ulis-Ariane : l’invitation à la visite de nos locaux. Ils ont vu nos vidéo-agrandisseurs, notre bibliothèque sonore, notre bibliothèque Braille et son imprimante. Ils se sont  attardés dans le studio et ont enregistré spontanément, chacun et chacune à son tour un beau compliment et un grand remerciement très ému à leur professeur Sylvette Couradau, ils venaient d’apprendre qu’elle devait les quitter pour partir en retraite.

          Pour finir plus joyeusement, nous leur avons servi à notre tour un grand goûter avec échanges de petits cadeaux.

          Visite de la Citadelle d’Amiens, bâtiment impressionnant dont les aménagements tactiles et la guide-conférencière nous ont bien facilité la découverte.

 

          Assez peu sportifs au Fil d’Ariane, nous sommes pourtant allés à la « Fête Handi-valide » de Nogent. On nous a fait toutes sortes de démonstrations : tir à l’arc, badminton, équitation, quad, tandem, céci-foot…

          Nous nous sommes risqués un peu timidement, plus contemplatifs qu’actifs dans ces disciplines.

 

          Cinéma chez nous à Beauvais avec « Harry Poter 4 » qui intéresse les adultes qui veulent rester enfants.

 

          Les carrières de pierre creusées dans le calcaire des collines de Laigneville, ne sont plus exploitées, mais les galeries fraîches et sombres conviennent parfaitement à la culture des champignons, qui aiment le noir, l’humidité et le fumier de cheval. La visite guidée nous a appris beaucoup de choses et nous sommes ressortis à la lumière avec chacun et chacune un sac de champignons tout frais.

          Nous avions entraîné dans cette découverte le groupe de personnes mal-voyantes de la Maison de retraite de Nogent. Elles ont bien apprécié cette petite escapade que nous avons prolongée par un pique-nique, «( il faisait beau ce jour-là ).

 

          Nos bénévoles sont parfois soumis à rudes épreuves, ainsi la Mairie de Nogent, dans un élan de reconnaissance, a offert une soirée de détente à toutes les personnes bénévoles actives dans la Commune, au Château des Rochers.

          Seul le buffet a été applaudi,  mais le spectacle de poésies et de mélodies a plongé la salle dans un profond ennui.

 

          Après un bon déjeuner dans un restaurant de Liesse Notre-Dame, visite de la Basilique pour voir celle qui a ajouté son nom à celui de la ville.

          C’est une statue de la Vierge, mais c’est une Vierge noire !

          La légende dit qu’elle viendrait d’Egypte, ramenée par les Croisades. Depuis le Moyen-âge les pèlerinages se sont succédés et la dévotion dure encore.

          Une copie permet aux aveugles une découverte tactile de cette célèbre statue.

 

          On ne se lasse pas d’admirer la Cathédrale d’Amiens que nous venons de revisiter, son étonnante luminosité de sa très haute nef, pour les voyants, cet apaisant silence sonore pour nous sont toujours là.

          Sont toujours là aussi les minutieuses et précises sculptures sur bois des hautes stalles qui encadrent l’autel. Les arrêtes vives des petits personnages qui ornent ces grands sièges, sont encore aussi nettes au toucher, que lorsque ont jailli les copeaux de chêne sous les ciseaux des sculpteurs il y a 5 siècles.

          Ensuite, ( il faisait beau ce jour-là ) pique-nique, aux Hortillonnages, tout près de ces fertiles jardins entourés d’eau dont les petits canaux furent creusés par les gallo-romains et entretenus jusqu’à nos jours.

 

          Encore un pique nique, un grand pique nique à l’Abbaye d’Ourscamp, sur la grande pelouse près de la rangée d’arbres séculaires. Nous étions près de 70 sous le grand barnum blanc, ( il pleuvait ce jour-là ). Joyeuses rencontres avec des  amis de  Saint-Quentin, de Nogent, de Laon, de Compiègne et de Soissons.

          Après les agapes, promenades entre deux ondées, ou visites de l’Abbaye, ou emplettes dans la boutique pour des livres édifiants, du miel ou de l’élixir des  moines, sorte de potion magique obtenue par la distillation de 52 plantes.

          Retour vers les 4 coins de l’horizon sous des trombes d’eaux orageuses.

Published by le-fil-dariane
commenter cet article
20 juin 2016 1 20 /06 /juin /2016 19:23

 

Mai 2016

 

 

Communiquons

 

      Karima non-voyante, mère d’un petit garçon est intervenue pour la 2ième fois dans l’Ecole primaire de son fils à Villers Saint Paul. Elle a  parlé aux enfants très attentifs du Braille, de la cécité dans la vie quotidienne, et d’une maman qui ne voyant pas, fait quand même bien son travail de maman.

 

      Intervention devant les élèves de CM1 de l’Ecole du Centre de Choisy au Bac. Après un grand nombre de questions pertinentes et parfois amusantes sur la vie au quotidien des personnes aveugles, les enfants ont bien aimé une fois les yeux bandés, les jeux avec le Braille et les pièces de monnaie, mais celui qui a eu le plus de succès, c’est Gamesh, le beau chien-guide tout noir de Paule.

 

      Nous vous l’avions dit, nous sommes intervenus 2 fois le mois dernier, devant les élèves du Lycée professionnel Saint Vincent de Paul de Soissons. Pour notre plaisir les élèves de la formation hôtelière, ont voulu nous montrer ce qu’ils savent faire et nous ont invités à un délicieux petit-déjeuner avec café, chocolat, viennoiseries et   confitures. Puis pour mieux nous convaincre de leurs talents, ils nous ont reçus à nouveau à table pour un excellent déjeuner !

      Ils ne nous ont pas présenté la note, mais nous, nous leur avons donné la meilleure.

 

      Appel du Directeur du Lycée professionnel de Vaumoise, un petit village en pleine forêt. Il nous a demandé de revenir prochainement présenter notre action devant 40 élèves.

      Nous sommes allés déjà souvent dans ce lycée et la dernière fois, pour nous faire une surprise et nous montrer leur savoir-faire, les élèves nous ont emmenés dans le parc et montré les pancartes qu’ils avaient accrochées à certains arbres. Ils  attendaient notre réaction et sans doute nos compliments car ils avaient bien travaillé  et avaient même eu l’idée d’agrandir les lettres en Braille pour qu’on puisse les lire de loin ! C’était une belle idée de voyants, mais sur place les points Braille étaient tellement espacés que les textes étaient pratiquement illisibles…

Prochaine intervention en Juin.

 

      Elisabeth la responsable de notre équipe d’Amiens, est allée rendre visite à une de nos membres non-voyante récemment opérée à la Clinique Porchet.

      Elle a rencontré aussi le personnel soignant et leur a proposé une séance d’information sur l’accueil, la communication et le guidage des patients non-voyants, à prévoir pour la rentrée.

 

      Pendant la première « Bourse du Bénévolat » à Saint Quentin, notre stand comme ceux de beaucoup d’autres associations, voyait avec plaisir les candidats bénévoles passer, s’arrêter un instant, échanger quelques mots, prendre 2 ou 3 documents puis continuer de butiner d’association en association.

      Finalement 6 se sont inscrits et une personne est déjà venue au bureau. Confiants pour les 5 autres, nous savons bien toutefois que les premiers élans fondent souvent comme neige au soleil.

 

      Maria notre Présidente et Paule notre spécialiste, ont travaillé dans nos bureaux de Saint Quentin avec Agnès notre responsable, Claudine et Sabine afin de mettre en place un groupe de paroles, qui pourrait se tenir une fois par mois avec les membres intéressés. C’est Sabine, mal-voyante qui en prendrait la charge.

      Ces Groupes de paroles, précisons-le, ont essentiellement pour but d’aider les gens qui perdent la vue, à défaire progressivement les noeuds qui maintiennent la souffrance, la dépendance, le renoncement et susciter chez eux une nouvelle énergie de vivre.

 

      Bon article sur notre association avec de belles photos dans « l’Oise hebdo ». On peut juste regretter le titre raccrocheur sur la suppression des subventions aux associations, alors que notre Présidente avait insisté sur le fait que nous étions sur ce plan, dans le groupe des associations protégées par notre ville et notre département.

 

      6 jeunes filles élèves du Centre de formation des monitrices et éducatrices spécialisées, d’Amiens, ont obtenu, dans le cadre de leur formation, un financement pour le projet de vivre une journée d’une personne aveugle.

      Elles sont donc venues nous emprunter des lunettes opaques, des bandeaux, des cannes blanches, un détecteur de couleur, de la documentation et quelques conseils…

      Elles ont dormi à l’hôtel près du Fil d’Ariane et le lendemain dès le réveil, elles se sont bandées les yeux et ont commencé à tâtonner. La toilette, verser le café chaud dans le bol du petit déjeuner, tartiner et puis retourner les vêtements sous toutes les coutures pour en trouver le sens…

      Elles sont sorties prudemment, mais effrayées par le bruit de la circulation, elles ont ôté leurs lunettes et leurs bandeaux. Elles les ont remis consciencieusement au restaurant, un peu tendues pour ne pas pousser les mets hors des assiettes, ni se tacher ni renverser les verres…

      Revenues dans nos bureaux, à nouveau les yeux bandés, elles ont tenté de reconnaître les pièces de monnaie et essayé de jouer aux dominos. Ensuite nous les avons accompagnées par groupes de 3, faire un tour dans le quartier. Ce n’est pas commode de chercher son chemin au bout de la canne blanche, butant sur les trottoirs, marchant dans les flaques d’eau, se figeant quand un camion passe très près…

      Le soir elles ont ôté leurs bandeaux avec un grand ouf de soulagement. Elles ne pensaient pas que ce serait si difficile et surtout si fatiguant et même pour certaines épuisant.

    Pour une meilleure accessibilité

 

      Une seule Commission au travail ce mois-ci, celle de Creil, mais 2 déplacements : un pour envisager les aménagements nécessaires dans un Centre social de la ville, l’autre pour améliorer l’accès à une salle de la Mairie.

      Joël, non-voyant, nouvel arrivant à Nogent, fait son apprentissage dans ce domaine avec José-Marie et désire s’investir dans cette activité.

 

    Nos Rendez-vous.

 

      Réunion du « Comité handicap » du Centre hospitalier de Beauvais, à l’ordre du jour la préparation de nos interventions auprès des Infirmières-chefs de Services, afin d’améliorer l’accueil, la communication et le guidage des patients déficients-visuels.

 

      En Mai, 3ième étape du parcours que nous effectuons chaque année avec les élèves de la classe ULIS dont nous sommes partenaires, au Collège Ferdinand Bac.

      La première étape, en Mars rappelez-vous, nous a permis de les soutenir un peu dans la création de leur nouveau récit imaginaire. La 2ième étape, en Avril, nous vous l’avons racontée, prévoyait d’herboriser avec eux dans les bois, mais le mauvais temps nous a contraints de rester dans le village de Feigneux. Ce mois-ci, 3ième étape nous avons été les spectateurs très intéressés de l’histoire mouvementée qu’ils ont imaginée et travaillée depuis 3 mois : Frenchs héros in New-York.

     

Assis en demi-cercle devant nous, ils se passaient le récit de l’un à l’autre à chaque changement de personnage, à chaque nouvelle péripétie. Bien sûr au milieu d’eux le  conteur-magicien Alain Poiret remontait la flamme si elle vacillait un peu, mais leurs  expressions, leurs intonations ont été bien plus vivantes que dans l’histoire de l’an passé et vraiment tous ont mérité nos applaudissements et nos compliments.

      Derrière  tout cela naturellement, la grande patience et le beau travail de Sylvette leur professeur et d’Amandine leur assistante de vie scolaire. En fin de séance café, thé et petits gâteaux américains « patissés » par les élèves.

      Madame Mardula que nous avons rencontrée récemment dans un forum, est une des responsables de l’Epide, cette structure à caractère militaire qui offre une « deuxième chance » aux jeunes en échec.

      elle nous propose une randonnée originale : une marche où nous serons encadrés par nos guides habituels, eux-mêmes encadrés par les élèves du Centre, eux-mêmes encadrés par leurs formateurs.

      Il va falloir penser à choisir en forêt de larges allées !

 

      Voici revenus les étudiants de l’UTC pour un nouveau défi « Tous unis citoyens ».

      C’est un échange : ils nous demandent une journée d’information à l’Université pour les étudiants et leurs professeurs et eux nous offrent une journée de travail bénévole.

      Nous tiendrons donc prochainement un stand de Communication à l’UTC et ils viendront nettoyer les carreaux de nos 9 fenêtres et les 10 vélux de nos bureaux.

 

      Toujours en provenance de l’UTC, madame Arghiles assistante du professeur madame Guénan, nous propose de participer au projet « Bip-Bop » réseau de personnes bénévoles pour rendre de petits services aux personnes handicapées, en passant par leur centrale.

      Ce système est peut-être utile aux personnes handicapées isolées, mais pas vraiment pour nos membres avec qui nous sommes en relations directes.

 

  Soyons autonomes

 

      Les cours de Braille permettent aux aveugles récents le retour à l’autonomie pour les prises de notes et leur lecture, pour la correspondance avec d’autres braillistes et naturellement l’accès à toute la littérature transcrite et il y en a beaucoup.

      C’est bien pour cela que le nouveau Joël et Moïse travaillent sous la houlette de José-Marie.

      Pour Paolo, la tâche est plus complète, né au Cap Vert où il n’a pas été scolarisé, venu adulte en France où il ne l’a pas été davantage, José-Marie doit, donc  en même temps que le Braille, lui apprendre à lire et à écrire. Elle utilise sans doute la bonne et vieille méthode le b  a   ba   points 1et2   point1     points 1et2 point1

 

      Premier cours de circulation pour Sandra très mal-voyante, Joël a travaillé avec elle le parcours depuis sa maison à la sortie du village de Trones, jusqu’à la Mairie à 500 mètres, près de l’arrêt du bus.

      Elle a essayé sa canne blanche toute neuve le long des bas-côtés en herbe. C’est le chemin qu’elle doit faire 4 fois par jour pour accompagner ses 2 plus jeunes enfants jusqu’au car de ramassage scolaire, le village voisin a bien une école, mais  pas de cantine.

 

      Intervention sans succès auprès de Christian, aveugle de 60 ans vivant seul. On se proposait de  coller des gommettes en relief, en repères sur différents appareils ménagers et sur les interrupteurs électriques. Il habite à Tarlefesse, un village sans commerçants, près de Noyon, la première boulangerie est à une heure de marche.

      La perte de la vue et sans doute d’autres difficultés l’ont rendu irascible et agressif, il refuse tout ce qui lui est proposé, sa tutrice, pourtant très patiente ne sait  plus comment l’aider.

 

  La Chasse aux Trésors

 

      Notre tableau de chasse a été modeste, aussi bien à l’affût qu’en battue, pourtant pour toutes les tribus du genre « associations » cette chasse est nécessaire et ne fait pas de victimes, que des bredouilles ou des petits gagnants.

      Ainsi notre vente dans le grand hall de l’hôpital de Beauvais nous a permis aussi de faire essayer nos lunettes de mal-voyance aux soignants qui venaient nous voir.

      A Nogent un après-midi de jeux autour d’un goûter avec des invités, nous a laissé un petit bénéfice, petit, mais bénéfice quand même.

      A Laon pour la brocante organisée par nos amis de l’APF, nous avons placé notre stand sous le pont de Vaux, à l’abri du vent et de la pluie. On s’est montré, on a beaucoup parlé et même  vendu un peu.

      A Armancourt, meilleure prise, les spectateurs du Dimanche qui sont venus rire avec la pièce « On a perdu Momo », ont payé librement leur entrée directement dans la caisse du Fil d’Ariane.

  Nos Rencontres

 

      Céline une jeune femme de 28 ans est venue nous voir à Saint Quentin. Elle voudrait nous être utile et enregistrer pour notre bibliothèque sonore. Membre de l’ADAPEI, les « Papillons blancs », son éducateur l’accompagnait car une malformation congénitale l’a privée de ses 2 mains, elle pense pourtant pouvoir enregistrer sur ordinateur. souhaitons-le pour elle et pour nous.

 

      Première réunion à la Maison de retraite Saint Vincent de Nogent avec un groupe de personnes mal-voyantes. Echanges, bavardages, conseils pratiques et projets d’activités extérieures dans nos permanences ou en promenades.

 

      Fabia jeune voyante travaille et dans son temps libre aimerait s’investir au Fil d’Ariane pour prendre sa part des difficultés de la Société.

      Premier contact avec Colette de Breteuil, enseignante en retraite, elle commence à perdre la vue et désire connaître notre association. Elle est repartie avec des livres en gros caractères et sur CD.

      Rencontre avec le médecin orthopédiste de chirurgie maxillo-faciale, du Centre hospitalier de Beauvais. Il nous demande quels services nous pouvons rendre à des personnes privées de la vue à la suite de traumatismes.

 

      Monique, elle aussi de Breteuil ne voit presque plus à 49 ans et nous demande une formation en informatique adaptée.

 

      Hazam d’Amiens a 45 ans. Il a subit dans son travail un choc extrêmement violent qui l’a laissé longtemps dans le coma. Il a dû ensuite beaucoup travailler pour réapprendre à marcher et à parler. Il ne lui reste plus que 2 dixièmes à un oeil. Il est retourné vivre chez ses parents et a besoin maintenant de s’adapter et de se resocialiser.

 

      Rencontre avec sandra et son mari. A 40 ans la rétinite pigmentaire lui ôte progressivement la  vue. Maman de 3 enfants, les 2 petits la guident tout naturellement, mais l’aîné 16 ans refuse de le faire et reproche à sa mère de ne plus voir, ce qui n’est pas rare chez les adolescents.

      Elle a apprécié notre accueil et reviendra souvent pour sa réadaptation, bien qu’elle habite Trones un petit village près de La Ferté-Millon.

 

      Des nouvelles de notre ami Arnaud, qui bien que très mal-voyant, continue de travailler la nuit à Roissy  Charles De Gaulle. Sa femme l’emmène chaque soir à la gare de Compiègne et chaque matin les transports TIVA le ramènent de cette gare à chez lui dans son village.

      De plus sa femme fait l’école à ses 2 filles, avec le Service d’Enseignement à distance, parce que, mal-voyantes comme leur père, elles étaient maltraitées par les enfants de l’école du village. Famille courageuse.

 

  Nos Petits Bonheurs

 

      On a plié des papiers pour en faire des hérissons à Nogent, on a décoré des cartes de couleurs, on a orné des boîtes de bois avec des petites pierres qui sont en réalité des morceaux de verre que la mer a roulé sur les galets, que le temps a usé pour en faire de petites pierres précieuses quand on les vernit. C’est tout le plaisir de faire travailler ses mains, même quand on ne les voit pas.

 

      Nous avons marché et pique-niqué, un rare jour de soleil, avec les amis du Secours Catholique de Creil.

 

      Rien ne nous arrête à Beauvais quand on a envie d’aller au Tréport, ni le ciel maussade, ni les blocages sur les routes, ni les risques de panne sèche devant les pompes vides.

      Notre convoi de 5 voitures est finalement bien arrivé, mais la salle de la Mairie qu’on nous réserve habituellement étant en travaux, monsieur le Maire a mis aimablement un barnum à notre disposition.

      Seulement voilà, c’était un jour de grand vent, mais vraiment de grand vent, alors on est allé voir les énormes vagues que la mer soulevait pour empêcher les petits bateaux de sortir. Le souffle bruyant envolait nos chapeaux et les embruns nous ont poussés rapidement vers le restaurant.

      De là, derrière les vitres, la mer démontée, c’est vraiment un beau spectacle nous ont dit les voyants !

 

      On ne passe pas que des opéras à l’Opéra de Reims, nous y avons vu un joli spectacle, une sorte de comédie musicale « le Voyage vers la Lune »,  inspiré à l’époque par le livre de Jules Verne, légèrement remis au goût du jour et propulsé par la merveilleuse musique d’Offenbach. Aventure en audio-description bien sûr.

 

      Il est arrivé le jour de  l’escalade, dont nous vous parlions le mois dernier ! Les grimpeurs du Club  ont mis notre petit groupe au pied du mur, et un mur de 9 mètres de haut, c’est peut-être mieux de ne pas le voir.

      Pour la sécurité nous avons enfilé un harnais relié par un câble à son treuil sur le haut du mur et chacun d’entre nous était accompagné par un membre du Club nous aidant à trouver les points de prise pour les pieds et les mains.

      Ah ! Quand on commence à monter, on se sent moins à l’aise que l’araignée au bout de son fil et puis c’est quand même dur de se pousser par la pointe des pieds et de se tirer par le bout des doigts…

      Enfin dans l’ensemble, nous y sommes arrivés, sauf une, nous ne la citerons pas car c’est la plus célèbre d’entre nous, elle a calé au milieu de l’ascension et s’est laissée glisser en rappel jusque sur la terre bien ferme.

      Prochaine escalade en Septembre, avis aux amateurs !

      Que ça fait du bien de rire ! un rire spontané qui fuse sous les répliques, les situations farfelues, les jeux de mots, les surprises.

      Les voyants eux, avaient en plus les gestes, les mimiques, les changements de déguisements, car entre les scènes les acteurs changent de personnage et de décors à vue, puisque cette salle moderne n’a ni coulisses ni rideaux.

      Le nom de la pièce donne le ton « On a perdu Momo ».

      Nous avons applaudi le jeu des acteurs, nous avons applaudi le comique des situations, nous avons applaudi le texte et les dialogues entièrement imaginés et écrits par les acteurs, nous avons applaudi la Compagnie « La Treille », qui nous a offert ce spectacle et la recette de ce spectacle…

      Parmi les 8 acteurs Fella jeune femme douce, sensible, sérieuse qui enregistre chez nous depuis des années. Elle nous a révélé sur  scène un tempérament, une énergie, une drôlerie irrésistible que l’on n’aurait jamais imaginés.

      Un grand merci à la Compagnie « La Treille » et à monsieur le Maire d’Armancourt qui a mis gracieusement sa très belle salle à notre disposition.

Published by le-fil-dariane
commenter cet article
17 mai 2016 2 17 /05 /mai /2016 17:43

Avril  2016

 

 

Nos Rendez-Vous

 

          Premier Rendez-vous : la réunion de notre Conseil d’Administration présidée par Maria Izquierdo.

          A l’ordre du jour :

Les derniers préparatifs pour notre prochaine Assemblée Générale.

Le point sur nos activités, nos difficultés, nos réussites, nos projets.

Election de Dominique Javier, Vice-Présidente de notre association et responsable de notre Antenne de Soissons, au poste de Trésorière, assistée par Véronique Cuviller, bénévole et comptable professionnelle.

Recherche de subventions auprès des Communes de nos Secteurs pour compenser la diminution des subventions des CPAM et des Départements.

 

          Réunion du « Comité Handicaps » du Centre hospitalier de Beauvais. Nous étions la seule association invitée, puisque c’est nous qui allons inaugurer une nouvelle série d’interventions auprès des soignants des différents Services de l’hôpital.

          Nous pourrons ainsi compléter et renouveler de manière systématique nos recommandations spécifiques pour l’accueil, la communication, le guidage, les repas pour les patients déficients visuels avec à l’appui nos Fiches pratiques.

 

          Réunion avec le CHO le collectif des associations d’handicapés de l’Oise, présidé par la  courageuse Patricia Boucheny, elle-même mal-voyante en fauteuil.

          Sujets traités :

La forte hausse des tarifs de TIVA, le service départemental de transport des personnes handicapées.

La situation des personnes handicapées en Foyers de vie.

Le retard de traitement des   dossiers à la MDPH, par l’insuffisance de médecins dans l’Equipe pluri-disciplinaire.

 

          Notre Rendez-vous de l’année:

LA 32eme Assemblée Générale du Fil d’Ariane.

          Elle s’est tenue comme chaque année dans les prestigieuses salles Saint Nicolas que nous ont léguées les lointains siècles du Moyen Age.

          Sur la tribune autour de Maria notre Présidente, Nicole Couturier responsable de notre Antenne de Beauvais, Dominique Javier notre Vice-Présidente et nouvelle Trésorière, assistée de Véronique Cuviller notre comptable.

dans la salle 88 présents et 127 pouvoirs représentant des membres ayant des difficultés de déplacement.

          Le Rapport d’Activité a rendu compte de notre action en 2015 dans les domaines de l’Accessibilité, du soutien à la réadaptation et à l’autonomie, de la Communication, de la Culture, des loisirs.

          Le Rapport d’Orientation a proposé de maintenir le niveau d’action et de progresser dans notre implantation dans les secteurs d’Amiens et de Saint quentin.

          Le Rapport de Trésorerie a présenté dans une grande clarté la diminution du déficit par la suppression d’un emploi et le contrôle  pointilleux des dépenses.

          Les chiffres ont mis en évidence, dans le contexte actuel,  la nécessité d’obtenir des financements nouveaux dans le but de maintenir la qualité et la gratuité de tous nos services.

Ces 3 Rapports ont été adoptés à l’unanimité et sont consultables dans chacune de nos Antennes.

          dans les Questions diverses, la demande a été faite de continuer et de terminer la réalisation de notre film de communication, dont nous avons fourni le scénario au Vidéo-club « le Clap » de Creil.

 

Intervention très remarquée d’Anne guénan, professeur et chercheur à l’UTC et créatrice d’une entreprise d’innovation dans le domaine de l’aide à la mal-voyance. Les matériels disponibles sont présentés sur notre site.

Présence chaleureuse du député Lucien Degauchy.

          En fin de séance la Salle a exprimé sa reconnaissance pour l’action accomplie par tous les Cadres et les Bénévoles actifs de notre Association.

 

Ensuite Apéritif avec les petites choses à croquer « maison » et joyeux déjeuner sur place pour 80 convives.

 

          Monsieur Baillet du Club d’alpinisme  de la Croix saint Ouen, est venu nous proposer une initiation à l’escalade!

          Ils ont fait des essais entre eux, au préalable,  les yeux bandés et pensent que nous devrions y arriver.

          Imaginez-vous, le ventre collé à la paroi, sur un mur de 9 mètres de haut, tâtonnant de la pointe du pied pour trouver un petit point d’appui, puis cherchant d’une main un léger    creux pour s’agripper et se hisser un peu plus haut…

          Y aura-t-il des volontaires chez nous?

 

          Séance de travail à la Commission des droits et de l’autonomie de la MDPH de l’Aisne, pour l’étude des dossiers de demande d’aides et d’allocations.

 

          Réunion avec le Bureau de l’Union des  handicapés de l’Aisne, dont nous sommes partenaires, pour préparer le prochain Forum « Santé Info Handicap » et   visite du gymnase où il se tiendra à Saint Quentin.

 

          Réunion de la Commission de secours du CCAS  de Soissons.

 

          Réunion de la  Commission départementale d’Accessibilité de l’Aisne, pour l’examen des Permis de construire.

 

          Un rendez-vous manqué, c’est celui que nous a proposé Benjamin Ledoux représentant de l’AVH dans l’Oise, à l’Ecole  hôtelière de Breuil le vert.

          Nous devions y rencontrer d’autres associations d’handicapés ,  nous le supposions, pour dialoguer avec eux et les étudiants cuisiniers et leurs professeurs. A notre arrivée, monsieur Ledoux attablé avec quelques personnes se leva et nous indiqua notre table un peu plus loin et plus rien  ne se   passa, à part le dîner excellent pour un prix raisonnable. Nous avons pu, bien sûr glisser aux étudiants serveurs, quelques indications utiles pour le service à table des déficients visuels et puis c’est tout.

          Pas d’autres contacts, étrange invitation !

 

 

Pour une meilleure Accessibilité

 

          Deuxième séance de travail avec la Commission d’Accessibilité du district de saint Quentin, pour  étudier sur place et prévoir le cheminement des personnes handicapées pour atteindre les trains et les services de la SNCF, pendant les grands travaux qui vont se dérouler sur le parvis de la Gare.

 

          Même  chose à Soissons, déplacement avec la Commission d’Accessibilité de la ville, sur le site de la Salle de la Mutualité pour étudier et prévoir les futurs aménagements pour une bonne  accessibilité, avant les travaux de transformation de la salle.

 

 

Communiquons

 

          Les enseignants de l’Ecole communale Anatole France de Laon, nous ont demandé d’animer une initiation au braille pour les élèves de CP et de CM 1, dans le cadre des activités péri-scolaires.

          On pourrait penser que ces enfants sont bien jeunes pour s’intéresser au braille et pourtant ils se sont vite passionnés pour cette petite gymnastique mentale, qu’ils ont considérée comme un jeu, jeu qu’ils ont maîtrisé rapidement.

          Leurs questions très pertinentes nous ont montré qu’ils saisissaient bien la situation des gens qui ne voient pas et puis… ils ont trouvé les 2 chiens-guides de Michèle et de Martine encore plus amusants que le braille.

          Si cette première séance s’est montrée très  vivante, l’Administration elle est restée calme et n’a ouvert sa porte qu’après avoir fait signer un contrat pour 6 séances et demandé les cartes d’identité des 2 chiens, les cartes d’invalidité de nos 2 intervenantes et une attestation de notre assureur pour la couverture de cette activité.

 

          Nombreux contacts intéressants, cette fois-ci avec de grandes personnes, sur notre stand du forum des Associations au Centre des Arts et des Loisirs de la ville de Laon.

 

          Au Centre de rencontres de Compiègne, Forum organisé par notre amie Mariam, Présidente de l’Association des albinos du Burkina Fasso, qui développe aussi ses activités dans notre région.

          Thème choisi: la Différence, avec 2 riches interventions, celle d’un professeur français d’ophtalmologie ayant travaillé longtemps en Afrique, connaissant la maladie et la condition désastreuse des albinos d’Afrique. Ensuite intervention d’un philosophe sénégalais qui a traité de manière éthique ce thème de la différence.

          Excellentes relations avec nos stands voisins France-bénévolat qui nous propose une nouvelle personne, avec une conteuse qui passera nous voir et avec les militaires de l’EPID, un établissement offrant une 2eme chance aux jeunes en échec, souvent devenus marginaux. Là, les vertus du travail et de la discipline obtiennent des résultats magnifiques. Ces militaires vont eux aussi passer nous voir.

 

          Pour 2 journées de sensibilisation auprès des élèves du Lycée Saint Vincent de Paul de Soissons, nous y avons installé 3 ateliers.

          Un atelier pour la locomotion, un pour les jeux de  société et un pour le braille, tous les participants naturellement devaient avoir les yeux bandés, et petite démonstration de guidage par Aline et son chien-guide.

 

          Les Médias et nous : l’Oise-hebdo a fait paraître un article sur notre Assemblée Générale et nous, nous avons fait passer des communiqués sur notre association dans le Journal des Amiénois, dans le Courrier picard et sur les  ondes de France bleue  Picardie.

 

 

Nos Rencontres

 

          Première rencontre avec Guy et son épouse, il est très mal-voyant, attiré par nos activités, mais il ne sera pourtant qu’un intermittent du fil d’Ariane, puisqu’il ne vit que 6 mois par an à Beauvais et les autres  mois en Savoie.

 

          Jacques que nous avons connu au Foyer Saint Nicolas est venu lui aussi pour la première fois à notre permanence avec son éducatrice. Le contact a été facile, malgré son handicap visuel et sa déficience mentale, il s’est montré à l’aise avec les petits travaux manuels et devant nous, il a découpé du carton qu’il a collé et colorié, pour nous remettre en fin de séance un joli petit camion !

 

          Marie nous a appelés, elle a 80 ans et sa  vue s’en va, elle se sent isolée, elle habite Clermont, nous allons nous rapprocher d’elle.

 

          L’animatrice de la Maison de retraite Saint Vincent de Nogent, compte parmi ses résidents une dizaine de personnes mal-voyantes, touchées pour la   plupart par la DMLA. Nous allons pouvoir organiser avec elles des échanges et des activités, qui, nous l’espérons les sortiront de la monotonie et des heures vides.

 

          Joël est mal-voyant, il habite Creil et pourtant, c’est au stage de réadaptation sainte Marie de Paris, qu’il a « entendu parler du Fil d’Ariane. Il vient maintenant dans  nos permanences et nous a montré ses talents dans toutes sortes de créations manuelles.

 

          Deux nouvelles « clientes » pour notre bibliothèque sonore : Catherine de Compiègne qui ne voit presque plus et va aussi s’essayer à la sculpture le Jeudi et Monique touchée par la DMLA, résidente de la Maison de retraite le Tiers Temps, que nous irons visiter.

 

          Marie-Brigitte que nous connaissons bien, aveugle et vivant  seule a eu besoin de plusieurs accompagnements pour des consultations médicales.

 

 

Nos Petits Bonheurs

 

          Comme tous les mois, nous avions le choix: la gym douce, les promenades guidées, la piscine, les parties de dominos, de cartes, la poterie à Montataire…

          Nous sommes aussi allés au concert au Centre de rencontres de Nogent entendre un pianiste virtuose  et humoriste qui a fait rire toute la salle.

          Sur cette lancée nous sommes retournés au concert, cette fois-ci à la faïencerie de Creil. Le bel orchestre de Picardie joua 2 pièces classiques  qui nous ont un peu endormis puis, 2 pièces de  musique contemporaine pour nous réveiller sans doute. Nous avons essayé alors de nous enfoncer dans nos fauteuils pour échapper aux stridences, aux dissonances, aux ruptures, aux déchirements de cette musique que depuis 2 ou 3 générations, les intellectuels n’arrivent pas à imposer au public.

 

          C’était bien plus agréable d’entendre Annick notre conteuse nous faire   voyager dans l’enfance ou de nous faire lire les poèmes de Rita, notre poétesse maison, dont les vers que nous admirons, sont maintenant  imprimés dans la revue littéraire « la semaine de l’averse ».

 

          Poursuivant  notre parcours avec la classe ULIS du Collège Ferdinand Bac, nous sommes partis avec eux en car, jusqu’au village de Feigneux en pleine forêt. Nous devions y découvrir, herboriser, admirer, respirer et même goûter les plantes sauvages comestibles, sous la houlette de notre conteur botaniste Alain Poiret, qui dit les recettes et les légendes qui s’y rattachent…

          Oui ça c’est ce qui était prévu, mais le froid de la matinée et la pluie menaçante en ont décidé autrement et toute notre petite troupe a déambulé dans les rues du village et dans les allées du cimetière en écoutant des histoires anciennes et des contes d’autrefois vivifiés par notre conteur mime.

          Il ne faisait pas plus chaud dans la grange où le repas nous attendait, nous y avons goûté entre autres le fromage de brebis à l’ail d’ours et bu de la sève de bouleau et des boissons chaudes. Tout cela nous a charmés mais pas vraiment réchauffés.

 

La Chasse aux Trésors

 

          Comme à Laon, on a chassé aussi à Compiègne de petits trésors, des trésors de 2 euros. On risque une pièce sur une case certainement vide, puisque dans la grille qui en contient 50, une seule est pleine, mais pleine il est vrai d’un joli panier de gourmandises…

          Alors, si on perd au tirage la déception n’est pas bien grande et on se dit : 2 modestes euros ça n’est pas cher payer pour un petit bout de rêve et puis, ça fait plaisir à la trésorière.

 

          On nous a invités à la répétition générale d’une pièce qui sera jouée 2 fois par la Compagnie des Treilles, une fois pour le public et une fois pour le fil d’Ariane et à son profit.

          Le spectacle aura lieu dans la salle originale en pentagone d’Armancourt. Le but de  cette répétition a été de faire entendre la pièce à nos expertes pour qu’elles indiquent aux comédiens de discrets commentaires ou descriptions à intégrer dans le texte pour permettre aux spectateurs non voyants d’en suivre facilement le déroulement.

          Un grand merci à la Compagnie des Treilles.

          C’est une pièce très drôle, venez rire avec nous le dimanche 29 Mai après-midi.

          Renseignez-vous au siège au 03 44 23 12 90

Published by le-fil-dariane
commenter cet article
17 avril 2016 7 17 /04 /avril /2016 09:08

Pour une meilleure accessibilité

 

          Ce mois-ci 2 réunions de la Commission d’Accessibilité d’Amiens. La première à l’Hôtel de Ville, pour faire le point sur les aménagements en cours dans la ville et la seconde au Parc Saint Pierre, en vue de tester et de choisir entre 3 propositions de revêtements de sol pour les allées des cimetières.

          Premier test : un revêtement caoutchouteux percé de trous, rejeté unaninent par toutes les Associations présentes. Deuxième test : une allée en béton, pratique mais peu esthétique. Troisième test : un sol stabilisé, compact, recouvert d’une grille métallique, permettant et protégeant la croissance du gazon.

          Ces 2 dernières propositions ont reçu l’aval aussi bien des personnes circulant en fauteuils que celles maniant la canne blanche.

          La Municipalité choisira entre l’aspect et le coût.

 

          Réunion de la Commission d’Accessibilité du District de Saint Quentin pour examiner les travaux et les aménagements  qui vont se faire sur le parvis de la Gare.

 

          Anita notre « voyageuse d’essai » a essayé pour nous la prise en charge des déficients visuels par les agents de la SNCF.

            Sur le parcours Creil-Beauvais, bonne coordination de la réception et des accompagnements, mais sur le parcours Amiens-Corby, bon départ d’Amiens avec le guidage jusqu’à la place assise, mais personne pour l’accueillir à Corby, elle est restée seule sur le quai, jusqu’à ce qu’un voyageur intervienne…

Nos Rendez-vous.

 

          Conférence à la Faïencerie de Creil sur le thème : 30 ans après Tchernobyl, un film documentaire sur cette catastrophe nucléaire et ses conséquences encore actuelles.

          Cette conférence intitulée « Atomic-radio », peut-être pour la rendre plus réaliste s’accompagnait d’une bande-sons, dont les décibels ont dévasté les oreilles des plus de 20 ans !

 

          Nous avons siégé à la COMEX, la Commission exécutive gérant les activités de la MDPH de l’Oise.

 

          Nous avons siégé également dans 2 réunions de la Commission départementale d’Accessibilité de l’Aisne, celle qui examine en particulier les aménagements pour les personnes handicapées,  dans tous les Permis de construire concernant les ERP, Etablissements recevant du public.

 

          Nous avons siégé aussi dans la Commission des Droits et des Libertés de la MDPH de Laon, là où sont examinées les dossiers d’aides et d’allocations des personnes handicapées. Notre Vice-Présidente Dominique Javier, titulaire du poste, y participait avec Michèle Auburtin, responsable de notre Antenne de Laon, qui va lui succéder dans cette Commission.

 

          Pour élargir l’audience des 800 Permanences-clubs que nous ouvrons chaque année en Picardie, nous avons tenu en Mars 4 permanences extérieures : 2 au Centre hospitalier de Beauvais, une à la MDPH de l’Aisne, (qui fêtait son 10eme anniversaire) et une à la Mairie d’Hirson.

 

 

Communiquons

 

          Avec nos tablettes, nos poinçons, nos Perkins, nous avons animé 2 séances d’information sur le braille, au Lycée professionnel Saint Vincent de Paul de Soissons.

          Explications, démonstrations de cet alphabet que l’on écrit avec des trous et que l’on lit avec des bosses.

 

          Ainsi dans le domaine de l’adaptation, notre équipe de Beauvais a fait fort.

          Il s’agissait pour commencer d’inaugurer la Semaine du Handicap, à la MDPH de l’Oise. L’équipe s’est répartie en duos et a présenté des ateliers du Goût, du braille, de la Mal-voyance, de la Bibliothèque sonore, de matériels adaptés et de Jeux.

          Imaginez le spectacle des personnes  les yeux bandés, essayant gravement de deviner ce qu’elles étaient en train de croquer, circulant timidement avec une canne blanche en se heurtant aux autres, tâtonnant pour suivre du doigt les petits groupes de points en relief, tentant de jouer aux Dames, avec des pions chantournés à poser dans les cases creuses…

          Tout cela avec des questions et des rires, leur montrait que les premières grandes émotions passées, notre handicap nous stimule et nous incite à trouver des solutions pour reprendre notre place dans la vie.

 

          Ensuite dans l’élan, nous avons redéployé tout ce dispositif dans l’Ecole Bossuet, devant les élèves du CM 2. C’est un plaisir de faire tous ces jeux avec les enfants qui sont de « bons clients ».

 

          C’est pourquoi un peu plus tard, nous avons installé à nouveau tous nos ateliers devant les élèves de CM 1 et de CM 2 de l’Ecole du Commandant Cousteau. Les enseignants en ont redemandé et une semaine plus tard, nous sommes revenus dans cette même Ecole jouer avec les enfants plus petits de CE 2 et CM 1.

 

 

Stages et enquêtes

 

          2 groupes de 3, soit 6 jeunes filles du Lycée Jean-Paul II se sont présentées pour participer à une action de notre équipe, dans le cadre de leur « Passeport pour le Bénévolat ». Nous comprenons bien l’intention de l’Education Nationale d’aider les jeunes à découvrir les Associations et le sens et l’utilité de leurs services. La difficulté pour nous est de les intégrer sans préparation et pour un très court moment, dans nos activités qui demandent compétence et continuité.

          C’est tout de même pour ces futurs adultes la possibilité de faire un premier pas dans le civisme actif.

 

          Trois élèves de Première du Lycée François Truffaut de Beauvais sont venus à plusieurs reprises nous voir pour préparer une épreuve orale sur le thème qu’ils ont choisi : la Déficience visuelle.

 

          L’étudiante en diététique, qui le mois dernier nous a soumis un intéressant questionnaire sur notre perception des goûts, sur notre  capacité d’identifier les aliments et à les cuisiner seuls, a complété ses informations en allant poser les mêmes questions à nos amis de Nogent.

 

 

Soyons autonomes

 

          Michaël, non-voyant ayant eu des ennuis de santé assez graves avait dû se séparer de son chien-guide, replacé dans son Ecole de formation à Paris.

          Maintenant qu’il va mieux, le maître et son guide ont vraiment été heureux de se retrouver et l’un des deux, tout frétillant, a sauté à la figure de l’autre pour lui faire une grande liche et lui dire qu’il était prêt à l’emmener à nouveau dans de grandes balades.

 

          Alice est une dame de 55 ans, albinos, très mal-voyante et déficiente mentale, résidente de l’Arche de Trosly-Breuil.

          A la demande de sa famille, elle a reçu Joël pour une initiation au maniement de la canne blanche. La première séance a suffi pour ne pas poursuivre cette formation, les réactions d’Alice étant trop incertaines devant les obstacles et les difficultés, livrée à elle-même, elle risquerait de se mettre rapidement en danger.

 

          Nous l’avons déjà présenté, à 77 ans Pierre est maintenant un habitué de notre permanence d’Hirson. Il a perdu la vue brusquement, il y a un an, sans que médicalement la cause en soit connue.

          Il habite la Flamanderie un petit village de Thiérache, il a pris un rendez-vous avec Joël pour un cours de  circulation avec la canne blanche.

          On sait que dans un petit village il est parfois difficile de jalonner son parcours de repères stables, quand par endroits, on n’a pour se situer qu’une bordure d’herbe ou un petit talus, plutôt qu’un trottoir ou le mur d’une maison. Pourtant à la fin de la séance, Pierre était très content de se sentir capable d’aller seul maintenant chez son fils, à quelques centaines de mètres de là.

 

          Toujours en Thiérache, dans le village de saint Michel, là aussi première séance de travail avec la canne blanche. Marie-Christine a 64 ans, mais sa condition physique est très fragile, la chimio-thérapie qui traite sa leucémie, lui fait perdre progressivement la vue.

          Elle redoute la sombre échéance et demande des conseils pour apprendre à s’organiser. Maria et Paule, toutes deux non-voyantes et très autonomes dans leur vies quotidiennes, la conseillent et l’encouragent, mais pour sa mobilité, difficulté supplémentaire, sa faiblesse l’empêche de tenir debout plus d’un quart d’heure. Elle a besoin de ses 2 mains pour se déplacer avec un déambulateur à 4 pieds, lui permettant de faire des pauses assise.

          C’est encore ainsi qu’elle circule dans les grandes surfaces, mais dit-elle, si je ne vois plus ?…

          Son mari très diminué par une forte silicose ne peut guère l’aider.

 

 

Nos Rencontres

 

          Deux « nouvelles » amies à Laon.

          Renée vient de découvrir notre permanence et s’y plaît beaucoup. Une   cataracte inopérable lui laisse très peu de vision, mais elle est tout de même très active, curieuse de tout et désire participer à nos sorties.

          Elle habite Crécy sur Serre, elle a 90 ans et c’est son beau-frère à peine plus jeune qui l’accompagne.

 

          Une autre dame s’est faite connaître, la DMLA l’a récemment privée de la lecture et elle s’intéresse à notre bibliothèque sonore.

          Elle s’appelle Renelle, elle habite Monceau le Waast et elle a 95 ans.

 

          A la demande d’une Assistante sociale, José-Marie a rencontré Bernard chez lui à Creil. Un glaucome obscurcit sa vue, très fatigué, très affecté il a besoin d’aide et de soutien.

 

          Nous avons eu un premier contact avec Pascal mal-voyant d’Attichy. Ce sont deux de nos membres de Nogent qui l’ont connu au stage de   réadaptation Sainte Marie de Paris et l’ont invité à notre tournoi de bowling, nous le reverrons.

 

          Notre équipe de Soissons suit Charlène depuis ses 3 ans, mal-voyante, très diminuée par la myopathie et très remarquablement soutenue par sa Maman.

          Dès la Maternelle Charlène a bénéficié d’une des toutes premières Auxiliaire de vie scolaire en France, car dans ce domaine l’Aisne a été un département pilote grâce à l’action de Marie-Christine Philbert, fondatrice et Présidente de l’Union des associations d’handicapés de l’Aisne.

          La petite fille a grandi et malgré ses  immenses difficultés, elle a progressé dans son travail scolaire et cette année, dans son fauteuil, elle va passer son Bac.

          Bravo à elle, bravo à sa Maman et bonne chance.

 

          Des nouvelles de Margot, cette jeune femme de Betz près de Crépy en Valois.

          Nous l’avons connue à l’Hôpital de Soissons , quand elle venait de perdre la vue. Elle a d’autres difficultés de santé et nous allons relancer son dossier à la MDPH de l’Oise, car jusqu’à maintenant, elle reste sans ressources.

 

 

Nos Petits Bonheurs

 

          Nous en avons trouvés un peu partout, en balades dans la forêt qui hésite encore à verdir, où naissent les premiers timides chants d’oiseaux, à la table-école autour d’un colombo de   poulet, à la  piscine, avant que le public arrive, pas de bruits, pas de musique, le rêve, se laisser flotter sur le dos, sans presque bouger, les oreilles dans l’eau laissant entendre un bruissement mélodieux… on s’abandonne, on se laisse porter, sans images, dans l’espace, en apesanteur… plaisir raffiné.

          A l’opposé, on a pu choisir aussi le roulement des boules, le choc des quilles, les rires, les éclats de voix, les contestations pendant le tournoi de bowling. Nous étions une quarantaine répartis en doublettes: une personne qui voit et une qui joue dans le brouillard. De toute façon les résultats sont aléatoires et avec les boissons et le goûter, tout le monde est content.

          On nous a projeté en audio-description le film « Harry à l’école des sorciers » pour rire de ce qui nous fait peur.

          Enfin le grand jeu : « Madame Butterfly »  de Puccini, joué et merveilleusement chanté à l’Opéra de Reims. Beau spectacle sans doute, mais pour nous magnifique musique où on pleure avec l’amoureuse abandonnée.Représentation en audio-description, ni en japonais, ni en italien mais en français.

Published by le-fil-dariane
commenter cet article
11 mars 2016 5 11 /03 /mars /2016 11:21

Février  2016

 

 

Nos Rendez-vous

 

    Depuis Laon nous sommes allés comme chaque mois par le train, avec nos chiens-guides, tenir notre permanence à la Mairie d’Hirson, où nous étions attendus par le petit groupe de nos amis mal-voyants. Ils se sentent maintenant moins isolés et ont plaisir à se retrouver.

 

 

    Ensuite, permanence à la MDPH où les premiers contacts sont quelques fois plus faciles que dans nos bureaux.

 

    Nouvelle rencontre avec le Directeur du Foyer de vie Saint Nicolas de Beauvais, nous savions que parmi les résidents 3 sont mal-voyants. Nous avons bavardé avec eux, nous leur avons apporté  des jeux adaptés, nous avons observé leurs comportements et, à notre avis seul Jacques est intéressé par nos permanences et capable de s’intégrer dans certaines de nos activités.

 

    Rendez-vous avec une jeune étudiante  préparant un BTS de diététique, elle a choisi pour thème de son mémoire : La diététique, les aveugles et les mal-voyants. Elle avait préparé un questionnaire portant sur les difficultés d’approvisionnements, l’équilibre diététique, les goûts, cuisiner soi-même, se  faire livrer les repas. Si elle poursuit son enquête dans d’autres établissements, les résultats nous intéresseront.

 

    Clémence du Centre culturel de la Faïencerie de Creil, est revenue nous voir et nous a proposé une liste tentante de spectacles. Les choix se porteront sur les plus accessibles pour nous.

 

    Nous avons pris rendez-vous avec notre assureur MMA, pour faire le point sur nos contrats, dont les premiers remontent à la création de l’association.

    Nous avons revu les risques locatifs pour tous nos locaux, notre responsabilité civile, la couverture pour nos responsables, nos membres actifs et l’assurance de la voiture. Tout est en ordre, nous sommes  bien assurés. (nous avons pu le vérifier avec le sinistre de nos bureaux de Saint Quentin).

    Il est important de rappeler que lorsque nos bénévoles transportent des membres de notre association, dans leurs voitures, en cas d’accident, c’est leur assurance-passagers qui les couvre et non pas celle du Fil d’Ariane, qui elle, couvre les risques pour les activités de nos membres à l’intérieur de nos locaux et à l’extérieur.

 

    Visite à l’Ecole communale de Varly , à la rencontre des élèves de CM1 et de CM2, pour leur expliquer ce qu’est une association et aussi bien sûr pour leur parler des chiens-guides et les amuser avec la découverte du braille et de nos jeux de société adaptés que l’on essaye, les yeux bandés.

 

    Séance plus sérieuse avec les étudiants de l’Institut de formation en soins infirmiers de Beauvais.

    Ce sont des rencontres importantes comme celles que nous avons avec les personnels soignants des hôpitaux, pour leur faire connaître les particularités d’accueil, de dialogue et de guidage avec les personnes qui ne voient plus.

 

    Les étudiants de l’Université technologique de Compiègne sont revenus nous voir pour ce qu’ils appellent un « Nouveau défi », ce qui consiste à se mettre à la disposition d’une association pendant une journée.

    Ils étaient venus l’an dernier, rappelez-vous pour lessiver les murs et le plafond de notre escalier. Mission difficile et acrobatique, qui n’a pas mis en cause leur témérité, seulement leur efficacité.

    Cette fois-ci, nous ayant pris de court, nous leur avons proposé, pour 2 ou 3 d’entre eux, de ramasser des brindilles dans les bois, pour fabriquer des petits fagots décoratifs de table, pour notre vente de Noël.

    Ils sont venus à 11 ! Puisque le ramassage du bois est interdit en forêt  de Compiègne (même pour des brindilles ?), ils sont allés les ramasser dans les bois de notre ami Jean.

    Ils sont revenus tous les 11 en fin de journée, triomphants, avec leurs minuscules fagots.

    Mission  accomplie, le Défi a été relevé !

 

    Nos chaises formaient un grand cercle dans une salle du Collège Ferdinand Bac, assis face à face, les élèves de la classe ULIS et nous leurs amis du Fil d’Ariane.

    Partenaires depuis des années, nous faisons partie de leur parcours pédagogique, remarquablement vivifié par Sylvette leur professeur et Amandine son auxiliaire de vie scolaire.

    Cette classe dont le sigle signifie: Unité localisée d’insertion scolaire, reçoit des enfants handicapés ayant un grand retard scolaire.

    Parmi leurs activités de créativité, de travail sur la mémoire, sur l’expression verbale, ils doivent chaque année, inventer collectivement une histoire nouvelle dont ils sont les personnages.

    Cet exercice est animé par Alain, conteur et un peu magicien, il les aide avec patience et humour, à structurer leur récit.

    Ils sont donc en train d’imaginer une histoire dont les grandes lignes sont en place et ils nous racontent, à tour de rôle, les principaux épisodes. Bien sûr il y a de temps en temps des hésitations, des silences, la phrase laissée en suspend par l’un est reprise  par l’autre…

    Alain au  milieu des péripéties les relance, les interroge, semble lui aussi avoir oublié la suite, pour qu’une petite voix timide la lui souffle…

    Ils nous ont donc invités pour les aider à trouver la fin de l’histoire, parce que là, ils sont en panne !…

    Alors, nous cherchons avec eux,  on trouve, on change d’avis et finalement tout se met en place dans cette aventure mouvementée, pleine d’inventions, qui commence par un message trouvé dans une bouteille jetée à la mer et se termine par un défilé dans les rues de New York… Ouf !

    Pour nous remercier de les avoir aidés à ficeler leur histoire, ils nous ont offert des gâteaux qu’ils ont faits eux-mêmes, des gâteaux américains bien sûr, des cookies, des gâteaux au chocolat et des cakes aux carottes qui ont eu beaucoup de succès.

 

 

Gare !

Les locaux motivent.  (suite)

 

    Nous l’avons vu en Janvier, les Municipalités diminuent ou suppriment les subventions aux associations et revendent même une partie de leur patrimoine où nous sommes logés.

    Pour l’instant pas de nouvelles précisions ni pour Beauvais ni pour Compiègne.

    A Soissons ça se dessine, la future Maison des Associations est en cours d’aménagement et en principe nous y aurons un bureau pour le travail administratif et nos équipements et une grande salle en partage, pour nos activités et nos permanences.

    La Mairie d’Amiens qui n’avait pas bougé jusqu’ici, a envoyé ses Services visiter nos installations, au 2 rue de l’Union.

    Après avoir fait le siège de la Mairie pendant plusieurs années et donné des gages de notre utilité, nous disposons maintenant d’une grande salle entièrement équipée pour l’administration et les réunions, d’un bureau attenant pour les entretiens et les cours, d’un petit studio d’enregistrement entièrement équipé de matériel professionnel et nous disposons sur réservation chaque semaine, d’une grande salle au rez-de-chaussée, pour nos permanences, nos activités et la projection de films. D’autres associations logent dans ce même  bâtiment, mais il va falloir se serrer, le Comité de Quartier réclame un bureau…

 

Pour une meilleure accessibilité

 

    On nous a présenté à la Commission d’Accessibilité d’Amiens, les futurs travaux de rénovation du Musée de la ville, travaux qui comprendront aussi les aménagements nécessaires à une bonne accessibilité pour les personnes handicapées.

    Avec cette même Commission, nous nous sommes déplacés dans le parc de la Hotoie, pour sélectionner la hauteur et la couleur des poteaux de signalisation. Nous avons choisi également un modèle de banc sympathique et avec une couleur repérable par les mal-voyants.

    Dans le Zoo voisin on nous a également montré  un banc et des fauteuils, mais ceux-là sont tristes, noirs, on y est moins bien assis, mais nous arrivons trop tard, ils sont déjà livrés.

 

    Pour éviter que ses collègues et amis mal-voyants quittent la permanence de Nogent avant l’heure, Charlotte leur a offert une pendule à gros chiffres.

 

    Nous sommes retournés au château de Pierrefonds où nous attendaient 7 guides-conférencières, qui désirent améliorer leurs prestations auprès des publics déficients visuels. Elles avaient pu mesurer lors de la visite de plusieurs groupes de non-voyants, la difficulté de trouver le ton juste dans leurs échanges avec eux.

    Béatrice et Maria, expertes en la matière, leur ont montré et expliqué la façon de les accueillir, de les guider et de leur décrire les lieux.

    Pour concrétiser ces informations, elles ont passé à ces guides des bandeaux pour les yeux et des cannes blanches et elles ont été mises en situation sous la surveillance de Joël.

    Pour accompagner leurs découvertes, nous leur avons remis notre petite brochure qui leur est destinée.

 

 

Soyons autonomes

 

    Ils sont 4 ils décomposent les  mots, les phrases en petits points saillants qu’ils tracent avec leurs poinçons sur leurs tablettes. Ils refont les gestes que Louis Braille a inventés il y a près de 200 ans, et eux qui ne pouvaient plus ni lire ni écrire, travaillent pour lire et écrire quand même.

    Elle s’appelle Jocelyne De Bordeaux, c’est elle qui leur apprend les secrets de l’écriture tactile. Au début, quand elle a commencé ses cours, il y a plusieurs années, elle demeurait à Soissons, depuis elle a déménagé et vit maintenant à Reims, pourtant pour chaque leçon, elle prend la route et nous revient.

    Beau bénévolat !

 

    Il n’est pas facile d’apprendre à circuler avec la canne blanche dans un petit village près de Noyon, quand les trottoirs sont en mauvais état et que les rues redeviennent des petites routes bordées de talus ou de fossés. C’est là que Joël a donné un cours à Christian qui a encore du mal à se repérer et à s’orienter.

 

 

Des paroles qui ne s’envolent pas.

 

    Brigitte, Françoise, Dominique, Eliane, Martial et Gérard, notre équipe de la version sonore de « Compiègne notre ville », s’est réunie un matin de bonne heure dans notre studio du 2eme étage.

    Ils se sont répartis les textes et la description des photos de la revue et se sont installés autour de la table ronde et des 4 micros suspendus. Ils ont lu à tour de rôle les articles qui décrivent la vie sociale, économique, sportive et culturelle de la ville, auxquels ils ont ajouté parfois leurs commentaires, ce qui apporte encore plus de vie.

    Du côté de la technique, Dominique assise derrière ses appareils surveillait au casque les vumètres de l’enregistreur et les curseurs de la console.

    A midi ils sont descendus déjeuner dans l’atelier-cafétariat, où ils  oublient souvent des paquets de petits gâteaux.

    Le lendemain Brigitte et Dominique sont remontées au studio, pour réécouter les enregistrements, éliminer les faux-départs, les éternuements, les fous-rires, ajuster les niveaux et régler le montage et le mixage des séquences en les aérant avec l’indicatif et les jolis sonals exécutés par notre ami musicien Guy Jézéquel, non-voyant. Elles y ont glissé une ou deux chansonnettes ou un peu de musique classique.

    Il ne restait donc plus qu’à dupliquer le CD originel à 50 exemplaires, à les imprimer à les placer dans les  pochettes-navettes et à les poster en franchise postale.

    Nous en avons déposés quelques exemplaires à l’Office du Tourisme pour les habitués extérieurs qui ont du mal avec la lecture.

    Et voilà !… Il suffit chaque mois de recommencer cet exercice qui dure sans interruption depuis plus de 20 ans, du temps des cassettes, et bien sûr c’est gratuit!

 

    Tout le matériel professionnel de notre studio d’enregistrement de Saint Quentin avait été entièrement détruit lors de l’incendie de notre local. Pour le remplacer notre équipe a choisi une formule beaucoup plus simple, l’enregistrement sur PC avec le logiciel Audacity.

    Agnès notre responsable explore cette application et assure la formation des lecteurs et lectrices à cette technique. Toutefois, pour mieux connaître ce logiciel, elle aimerait avoir les conseils éclairés d’une personne qui en a bien la pratique.

    Si c’est votre cas, n’hésitez pas à l’appeler les Mardis et Vendredis après-midis au 03 23 65 82 50.

 

    Pour une commande réglée par l’Abbaye d’Ourscamps, nous avons fourni, dupliqué et imprimé sur disques blancs 4 séries de 120 CD dont les originaux nous ont été fournis par l’Abbaye.

    Ces disques sont destinés aux jeunes dont les frères d’Ourscamps animent les loisirs.

 

    Petite réunion sympathique des lectrices de notre studio d’Amiens. Autour d’un goûter on discute de technique, on échange des expériences, des idées. C’est intéressant de comparer ses impressions parce que chacune d’elles en prêtant sa voix à notre bibliothèque sonore, fait un travail solitaire.

    En effet, dans le silence ouaté du studio, elle n’a que le micro et un livre qu’elle va faire vivre avec talent et sensibilité, pour offrir son plaisir de lire.

    Seulement les personnes qui vont entendre cette voix d’abord anonyme, puis peu à peu amie, ne sont pas là, elles sont loin, elles sont dans les mois et les années à venir, et si le jour venu, elles sont prises par le récit, les actions, les émotions, elles n’auront personne en face d’elles pour l’exprimer, pour les remercier.

    On aimerait bien mais on ne peut pas mettre ensemble celle qui donne et celle qui reçoit.

    Tout cela la personne qui lit le sait, mais on lui redit que leur voix éclaire les journées et parfois les nuits de celle qui écoute dont le plaisir est immense.

 

 

Nos Rencontres

 

    Visite d’Annick devenue très mal-voyante à 73 ans, elle nous demande de l’aider à remplir son dossier pour la MDPH de Beauvais. Amandine jeune fille non-voyante dont nous avons parlé le mois dernier, en grave conflit avec ses parents, a maintenant besoin d’un soutien juridique, pour savoir comment obtenir de leur part la restitution de tout son matériel informatique adapté. Patrick, la soixantaine vit seul, il ne voit presque plus. Il a besoin de conseils pour se sortir des difficultés de la vie quotidienne, pour l’instant il n’est pas prêt à se montrer avec une canne blanche, en affrontant le regard des autres dans les rues de Laon.

    Christine demeure près de Compiègne, un glaucome commence à réduire son champ visuel et une chimiothérapie semble accélérer son évolution. Elle nous demande elle, des cours de circulation avec la canne blanche pour assurer sa sécurité à l’extérieur, elle désire le catalogue de nos livres en gros caractères, tant qu’il est encore temps.

    Jeannine est en fauteuil, à 52 ans elle ne voit  plus que d’un oeil et l’autre est atteint d’une cataracte blanche pratiquement inopérable, pourtant un ophtalmologiste de l’hôpital de saint Quentin a tenté l’intervention et lui a rendu de précieux dixièmes.

    Elle fréquente régulièrement notre permanence, envoyée par son aide ménagère, qui nous connaît depuis longtemps et est très reconnaissante parce que nous l’avons aidée il y a une vingtaine d’années. A cette époque elle était en effet très menacée par la DDASS et la Justice qui voulaient lui enlever sa fille, albinos et mal-voyante, pour la placer d’office interne en Etablissement spécialisé à Loos les Lille.

    Nos démarches et nos interventions ont permis d’apaiser la situation et tout est rentré dans l’ordre. La petite fille en question, malgré sa basse vision et sa grande sensibilité à la lumière, est maintenant professeur des Ecoles.

    Claudine de Soissons a 57 ans, sa vue a été brusquement dégradée par une rétinopathie diabétique, maladie qui évolue lentement sans se faire remarquer et se révèle soudainement quand tout traitement est devenu impossible. Elle vit seule, a besoin de soutien, d’aide, de conseille pour la vie de tous les jours.

    Nous avons eu des nouvelles de Marcelle que nous connaissons depuis longtemps, elle ne voit rien mais elle va bien. Elle a toujours refusé et encore maintenant, de prendre une canne blanche car elle s’était faite l’idée qu’en s’exposant ainsi, elle serait la proie facile des voleurs.

    Yvette bénévole de Soissons l’accompagne chaque semaine faire ses   courses en grande Surface.

    Rencontre avec Françoise, elle quitte Château-Thierry où elle est seule et va entrer dans la Maison de retraite de l’AVH rue Petit à Paris près des Buttes Chaumont. Nous la reverrons sans doute là-bas, nous y passons parfois en groupe pour déjeuner. elle nous a rendu avant son départ le vidéo-agrandisseur que nous lui avions prêté pour un essai de 15 jours, il y a 5 ans.

 

    Toujours à Château-Thierry, Patrick remis de ses graves ennuis de santé, soutenu par Pierre notre responsable, vient de recevoir son nouveau chien-guide « Jackpot », du Centre de Caubert. Ce nouveau compagnon va lui rendre sa liberté.

 

    Deux nouvelles bénévoles Dany et Sylvaine, viennent de rejoindre l’équipe du Siège. Merci et bienvenue à toutes les deux.

 

    Christian de Parlefay, très mal-voyant récent, de tempérament impatient supporte mal son épreuve, il a besoin de travailler avec nous pour mieux la vivre et améliorer son autonomie.

 

    Madeleine de Villers sur coudun, très gênée par la DMLA, se rapproche de nous et de notre bibliothèque sonore.

 

 

Nos Petits Bonheurs

 

    Les plus courageux ont plongé dans l’eau tiède et bleue de la piscine de Soissons, d’autres sont allés musarder malgré les frimas dans les rues d’Amiens.

    Tout un groupe s’est promené dans la forêt, en partant du Franport au bord de l’Aisne, pour une randonnée organisée par Arthur, un jeune du Lycée Jean-Paul II.

    Il nous a connus lors de l’opération « Speed…quelque chose ». Il a commencé ainsi ses 15 heures de bénévolat par une bonne reconnaissance et préparation du parcours en choisissant d’excellents chemins, il a même pensé à la petite pose goûter. Il reviendra a-t-il dit.

    Le bricolage et les petites réalisations manuelles sont aussi un plaisir pratiqué dans toutes nos équipes pour fabriquer des tricots, des coussins, des bougeoirs, des hérissons, des pots de bois décorés,  et bien d’autres objets. On pratique aussi la vannerie, la poterie, la sculpture et on coupe et on coud des pochettes reliées pour chaque livre de notre bibliothèque sonore.

    On nous a invités à un concert joyeux offert par l’Harmonie Saint Pierre au Cirque d’Amiens. Nous avons projeté à Beauvais le film « Océan twelve », une sombre et inquiétante histoire policière, mais nous avons ri au cinéma Majestic, où nous sommes maintenant des habitués, avec «Joséphine s’arrondit ». Ce film a réjoui les 10 spectateurs et les 10 audio-spectateurs de notre groupe, puisque pour cette sortie organisée par la riante Nathalie, la règle rappelée par notre assureur a été respectée: 1 voyant pour 1 déficient-visuel, pour nos activités à l’extérieur de nos locaux.

  

 Et puis il a fallu encore céder à la tradition, après les repas de fin d’année et les galettes de Janvier, un peu partout les crêpes ont sauté pour la Chandeleur et n’oublions pas non plus les délices de la Cuisine-école de Beauvais…

Published by le-fil-dariane
commenter cet article
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 14:21

Janvier 2016

 

 

      Pour que les auspices de cette année vous soient favorables, des centaines de cartes de vœux personnalisés se sont envolées du Siège comme une nuée pour se poser chez vous peut-être et vous aider à apprécier le meilleur de chaque petit événement de la vie, car ne dit-on pas : Quand on les « vœux » on le peut ?

          Cela s’applique aussi à nous car nous avons été invités aux cérémonies des vœux du Maire de Choisy au Bac et de 2 Conseillers généraux, du Député de Compiègne, du Maire de Margny entouré du Maire de Compiègne et de Laurence Rossignol Secrétaire d’Etat à la famille et aux Personnes âgées, du Maire de Creil, du Maire de Villers Saint Paul et du Maire de Soissons.

 

Enquêtes et Jeune Bénévolat

 

          Une étudiante en 3eme année de « Design » (comment le dit-on en français ?) de Valenciennes fait une étude sur la perception des couleurs par les malvoyants. Elle a établi un questionnaire permettant de nuancer les réponses, que nous avons mis en circulation parmi nos membres.

          Rappelons que les personnes n’ayant plus qu’une vue centrale perçoivent bien ou assez bien les couleurs mais dans un champ visuel réduit et que celles qui n’ont plus qu’une vue périphérique les perçoivent mal ou pas du tout.

          Quand la vue centrale se dégrade, les couleurs s’éteignent une à une et la dernière à disparaitre est le rouge.

 

          Trois lycéennes en classe de Première du Lycée Pierre D'Ailly, mènent une enquête sur les sens et en particulier sur les différences de perception entre les personnes nées aveugles et celles qui ont perdu la vue plus tard. Elles aussi ont établi un questionnaire, mais portant sur le toucher, l’identification des objets, le braille, les sons et les odeurs. Nous l’avons également mis en circulation et elles vont poursuivre leur étude à Paris à l’hôpital Saint Joseph où se regroupent le Centre du Glaucome et le Centre de réadaptation fonctionnelle Sainte Marie.

 

          Nous avons participé au Lycée Jean Paul II au forum « Speed dating » (pourquoi voudrait-on le dire en français ?). C’est une opération destinée à éclairer les lycéens qui ont un engagement de 15 heures de bénévolat à prendre dans leur année scolaire.

          260 élèves de Seconde se sont arrêtés devant notre stand et se sont documentés sur nos activités.

 

          En décembre nous avions participé au même type de forum avec les élèves du Lycée La forêt de Chantilly. Ils viennent de nous envoyer un document de remerciement comportant la liste des Associations participantes et si on clique sur notre nom, on se retrouve sur le Blog du Fil d’Ariane. Très bonne idée !

 

          A Beauvais une jeune étudiante vient de terminer chez nous, 2 semaines de stage dans le cadre de sa formation d’Aide à la personne.

 

          Anthonny lui, l’homme qui sait tout faire, surtout en informatique, continue son 2eme stage avec notre équipe du Siège.

 

 

Gare !

Les locaux motivent nos équipes.

          Audit dans nos bureaux rue Saint Nicolas. Un architecte et un technicien de la Ville sont venus vérifier la conformité de nos locaux à la réglementation sur l’accessibilité et la sécurité.

          Nous n’avons aucun doute sur leurs conclusions, elles seront négatives compte-tenu de notre fréquentation quotidienne et souvent nombreuse de ces lieux, nous ne devrions pas rester là, mais nous nous y trouvons bien depuis 33 ans, ( mis à part l’escalier ).

          Cependant nous sommes prêts à les échanger contre des salles plus grandes, plus belles et de plain-pied…

          Notre équipe de Beauvais dispose d’un grand et beau local, au rez de chaussée sur jardin, avenue de Champagne. Nous sommes locataires et notre loyer est en grande partie subventionné par la Ville, or la Mairie nous a prévenus qu’en raison des restrictions budgétaires de l’Etat, elle diminuait de 700 000 euros ses subventions aux associations.

          Nicole notre responsable a donc demandé notre relogement dans le patrimoine municipal et un adjoint de madame Cayeux maire de la ville est venu examiner avec soin nos installations et nos besoins.

          Une étude est en cours…

 

          A Soissons visite du Maire dans nos bureaux pour évaluer nos besoins, car là aussi, pour des raisons budgétaires, la Mairie propriétaire des lieux vend l’immeuble où nous sommes, place Mantoue, juste derrière la Cathédrale.

          C’est un endroit historique dont les fondations dans la roche sont gallo-romaines et la tour octogonale date du Moyen-âge.

          Nous y sommes bien et surtout indépendants.

          Attendons avec un peu d’inquiétude et tout de même avec confiance la suite des événements.

 

Nos Rendez-vous

 

          Une institutrice de l’Ecole Bossuet de Beauvais est venue nous demander, de mettre en place un atelier d’animation pour une prochaine intervention devant ses élèves de CM2.

 

          On nous propose un partenariat, dans le cadre du programme d’action locale de Saint Quentin, pour la mise à niveau et l’insertion des demandeurs d’emploi.  Notre action dans ce domaine concernerait bien sûr  les personnes déficientes visuelles.

 

          Nous avons participé à la réunion de travail de la Commission des Droits et de la Liberté de la MDPH de Laon. Dominique Javier notre vice-présidente, membre de cette Commission depuis des années, prépare son remplacement à ce poste par Michèle Auburtin, notre responsable de l’Antenne de Laon, également présente à cette réunion.

 

          Nous avons reçu le Directeur du Foyer de vie Saint Nicolas de Beauvais. Parmi ses résidents déficients mentaux 2 sont malvoyants et une dame est aveugle.

          Nous allons faire connaissance avec ces personnes, pour voir avec elles si elles peuvent s’intégrer dans les activités de nos permanences.

 

          Pendant 2 journées nous avons travaillé avec le Comité d’Agglomération de Saint Quentin pour l’organisation du Plan communal de Sauvegarde pour l’hébergement et le ravitaillement du public, en   cas d’événements graves.

          Là on sent bien le poids de l’actualité.

 

          2 Permanences extérieures: à la MDPH de Laon et à la Mairie d’Hirson.

 

          Visite surprise à Soissons d’une équipe de FR3 Picardie qui a filmé notre Permanence, nos activités et notre équipe au travail.

          L’émission a été diffusée 3 fois et déjà une téléspectatrice Réjane, s’est  présentée pour entrer dans notre équipe.

 

          Nous étions au Conseil d’administration du CCASS de Soissons avec une Commission de secours.

 

          Nous avons été invités à la réunion organisée par le Centre de ressources de la MDPH de l’Aisne, réunion concernant tout le Nord-Ouest de la France, sur le thème des handicaps rares, qu’à l’étranger on appelle plutôt handicaps  complexes.

 

          La SDAPA de Compiègne, Service d’aide à domicile nous a présenté un nouveau service de soutien aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, en leur apportant une aide administrative pour les  papiers, de la lecture, du guidage et de la présence amicale. Ce service est pris entièrement en charge par la Sécu.

 

Pour une meilleure accessibilité

 

          Nous étions aux séances de travail des Commissions spécialisées de Margny, de Creil et à celle de la Commission départementale de l’Aisne.

 

          Nous avons reçu madame Guénan, ingénieur de l’UTC. Elle a créé une société qui distribue un bouton de détection « Apeal sensory » (certainement impossible à dire en français). Il suffit de passer la main devant ce bouton placé à l’extérieur d’un magasin, pour qu’à l’intérieur une personne soit alertée et vienne vous chercher et vous guider. Ces boutons sont déjà en place dans 2 magasins de Compiègne et dans 2 de Beauvais.

          Ce même bouton placé sur une table de chevet, peut déclencher quand on l’effleure une lumière bleue pour guider en douceur les malvoyants qui se lèvent la nuit.

 

 

Nos Petits bonheurs

 

          Clémence du Théâtre de la Faïencerie de Creil, nous a proposé pour le long de l’année une série de spectacles accessibles pour nous, à prix réduits.

          Pour la première sortie 13 de nos membres sont allés au Concert du Nouvel an, (comme à Vienne).

 

          Ici ou là dans nos Antennes, nous nous sommes affrontés aux dominos, baladés en forêt, nous avons plongé en piscine, joué aux cartes, fait de la gym douce et notre ami Laurent, très malvoyant mais Président quand même du Club Alsace-Loraine de pétanque de Soissons, nous a organisé un concours d’Handi-pétanque, disputé par 30 doublettes, composées chacune d’un joueur handicapé et d’un joueur valide. Très amusante journée.

          Pour honorer convenablement les Rois mages de l’Epiphanie, nous avons croqué avec prudence les galettes à Laon, à Soissons, à Hirson, à Beauvais, à Compiègne, à Nogent avec une tombola et Annick la conteuse et à Saint Quentin pour la première réunion dans nos locaux entièrement rénovés. Nous étions une quarantaine dont une petite délégation de Soissons, d’Amiens et de Compiègne avec Maria notre  Présidente, particulièrement gourmande. Il est vrai que là, toutes les galettes étaient « faites Maison ».

 

          Nous ne savons pas si nous devons classer les cours de cuisine de Beauvais ici, dans les Petits bonheurs ou dans l’Autonomie.

          Il s’agit là d’apprendre à cuisiner sans voir, ce qui est important et même vital pour beaucoup d’entre nous qui vivons seuls.

          Jugez vous-mêmes, voici le contenu de la dernière leçon: Petites entrées amuse-bouche, côte de veau accompagnée d’une jardinière de légumes et tarte aux fruits de saison…

          Rappelez-vous qu’il ne s’agit pas d’un cours théorique, mais d’une vraie pratique et qu’à la fin de la leçon, il faut avaler tous les exercices pour avoir une note.

          Alors à votre avis, autonomie ou Petit bonheur?

 

Nos Rencontres

 

          Nous avons reçu une dame de 82 ans de Cinqueux, les glaucomes lui ont retiré presqu’entièrement la vue et sa fille voudrait savoir comment faire pour bien l’aider.

          Nous avions connu Eliane en 2001 lorsque nous organisions pour toute la Picardie, les cours d’identification tactile des pièces et des billets de l’euro 6 mois avant leur mise en circulation.

          A l’époque elle voyait encore un peu, mais aujourd’hui c’est fini, elle est seule et se rapproche de nos services et de notre bibliothèque sonore.

          Nous avons rendu visite à notre ami Jacques, nous sommes restés un bon moment avec Jeannine tous deux en Maisons de retraite, nous avons été reçus par Germaine chez elle à Saint Maximin et nous sommes allés voir Colette 82 ans, rappelez-vous, c’est elle qui a sauté en parachute le jour de ses 80 ans.

          Chaque semaine nous allons maintenant faire de la lecture à haute voix à un de nos membres âgé, en Maison de retraite au Rond royal.

 

Joël malvoyant de Shaourse, nous a demandé de le documenter sur le matériel de lecture adaptée.

          Pierre habite près d’Hirson, il a perdu la vue depuis un an  et désire des cours de circulation avec la canne blanche.

          Une Assistante sociale nous a appelés pour Lucie 14 ans, née non-voyante, interne à l’INJA, l’Institut national des jeunes aveugles à Paris. Pendant les vacances scolaires elle reste chez elle à Laon, isolée et désœuvrée, nous allons donc établir avec elle un programme d’accompagnement.

          Nous avons reçu à Beauvais Amandine une jeune fille de 21 ans de Saint Omer en chaussée. Depuis sa naissance elle n’a que 1/10eme à un œil et rien à l’autre, ses parents sans doute inconscients, l’ont laissée en état de dépendance dans un très mauvais climat familial. Finalement ils l’ont rejetée et elle a été recueillie par de lointains amis qui ont eu beaucoup de mal à lui faire récupérer ses  allocations que ses parents accaparaient.

          Amandine est malheureuse, ma vie est fichue dit-elle.

          Nicole a pris sa situation en main et pour commencer va obtenir pour elle un stage de réadaptation fonctionnelle au Centre Sainte Marie à Paris.

Published by le-fil-dariane
commenter cet article
16 janvier 2016 6 16 /01 /janvier /2016 16:08

        Décembre  2015

 

 

                    Nos Rendez-vous

 

          Nous avons assisté à la Mairie d’Amiens à une réunion d’information de la nouvelle association « Audio-vol » qui a proposé d’offrir des baptêmes de l’air aux déficients visuels. C’est une activité à sensations à laquelle nous avons souvent participé, lorsqu’elle était assurée par les « Miros-volants ». Alors rendez-vous avec eux l’Eté prochain.

 

          A Laon 3eme réunion intéressante organisée par le CLIC sur le thème des « Aidants », au service des personnes âgées et des handicapés.

 

          A la Mairie de Compiègne remise de décoration à madame Acary, concessionnaire des transports urbains, à cette occasion un bilan a été dressé des transports en commun du département et de leur adaptation aux personnes handicapées.

 

          A Beauvais, réunion de la COMEX, la commission exécutive de la MDPH, pour la validation d’un grand nombre de dossiers.

 

          Réunion interne de notre équipe d’Amiens, pour présenter aux nouveaux bénévoles notre association, nos locaux, notre action et les activités qui leur sont proposées, dans une atmosphère très sympathique.

 

          A Saint-Quentin, dans nos bureaux rénovés, Anthonny, notre stagiaire diplômé en informatique a programmé les 2 nouveaux ordinateurs, celui du studio sons et celui du bureau.(Tout semble facile aux personnes compétentes)

 

          A Amiens, retrouvailles avec « Dire le non-visuel », organisé par la MAAM la Maison des associations d’Amiens métropole.

          Nous étions engagés dans cette activité depuis son début et pendant plusieurs années. Il s’agissait de faire réfléchir  sur la cécité des publics différents: des enfants des écoles, des enfants de Centres aérés, des membres d’associations d’handicapés, des habitants d’un quartier, des personnes en Maisons de retraite…

          Il fallait ensuite en faire un compte-rendu, si possible un peu littéraire avec le concours d’écrivains régionaux, puis imprimer les meilleurs textes en gros caractères et en braille, en faisant correspondre les 2 versions face à face, page par page. Gros travail, mangeur de temps qui mettait à mal notre imprimante braille.

          Nous avons été très impliqués dans ces actions, au début nous étions 3 associations de déficients visuels, puis au fil des années 2 et finalement nous sommes restés la  seule. Nous en avons alors conclu que le thème avait été largement traité et que le cycle était terminé. Il faut dire en plus que le public invité chaque année pour le résultat du concours, était de plus en plus confidentiel.

          La MAAM relance cette manifestation et notre nouvelle Equipe s’y intéresse.

 

          A Compiègne comme nous l’avions indiqué le mois dernier,  nous avons reçu David ingénieur de l’UTC et 2 de ses étudiants. Ils ont apporté des croissants et des petits pains au chocolat et nous ont reparlé de leur projet de montres tactiles.

          En réalité ce qui les intéressait surtout, c’était  de comprendre quelle notion du temps qui passe, se fait une personne qui ne voit pas, quelle perception elle a de la durée des heures, du jour et de la nuit.

          Ils ont été reçus par Maria notre Présidente, Béatrice responsable de l’Accessibilité et des activités braille, toutes deux ayant perdu la vue  depuis plus d’une vingtaine d’années et par Isabelle née non-voyante, professeur de musique au collège de Margny.

          Elles sont toutes les trois très élégantes et soucieuses de l’image qu’elles donnent d’elles.

          Elles ont expliqué qu’elles se repèrent très bien dans l’écoulement du temps avec les montres, les radios et les horaires de leurs familles.

          Ce qui a surpris et même  dérouté nos 3 scientifiques, c’est de les entendre dire que leur vrai regret, c’est qu’il n’existe qu’un seul modèle de montre pour dames et qu’elles n’avaient donc pas le choix, ni pour la forme ni pour les couleurs, afin de les assortir à leur toilette du jour.

          Ah! Coquetterie quand tu nous tiens…

 

 

          Pour une meilleure accessibilité

 

             Grosse activité ce mois-ci dans ce domaine, en particulier pour la suite des présentations des ADAP, ces calendriers des aménagements à réaliser avant 2020.

     Nous avons donc participé aux travaux des Commissions d’accessibilité des villes d’Amiens, de Laon, de Beauvais et pour la première fois de Gauchy dans l’agglomération de Saint-Quentin.

          Nous avons siégé aussi dans la Commission départementale de l’Aisne, entre autres pour le contrôle des Permis de construire et puis, après avoir effectué les travaux d’aménagement dans nos propres locaux de Beauvais pour les rendre accessibles, nous avons envoyé le dossier de ces travaux avec photos à l’appui, à la direction de l’OPAC propriétaire des murs.

 

       Nos rencontres

 

          Nous vous avons déjà parlé d’Aurélie Vasseur, cette jeune fille de 23 ans née aveugle, qui a obtenu pour la 2eme fois une médaille d’or aux « Jeux Olympiques d’Eaubonne ». La Presse en avait également parlé, si bien qu’Aurélie accompagnée de ses parents, a été reçue par le Sénateur Maire qui lui a remis, au cours d’une petite cérémonie sympathique la médaille de la ville de Laon.

 

          Micheline devenue très mal-voyante par la maladie de Léber, avait perdu son emploi et ne pouvant plus conduire, se trouvait très isolée dans son village. Il avait fallu que le Fil d’Ariane l’apprivoise petit à petit, pour qu’elle se dégage de sa résignation, de son repli et qu’elle vienne montrer le bout de son nez dans nos permanences.

          Maintenant elle s’y est faite de nouveaux amis, elle ne manque plus une sortie et elle a monté une nouvelle marche en commençant l’apprentissage du Braille avec José Marie.

 

          Souvenez-vous, le mois dernier de Margot, 26 ans ayant perdu brusquement la vue à la suite d’une thrombose. Nous avons repris contact avec elle, au début elle avait fait face courageusement au choc, mais avec le temps qui commence à passer, elle prend la pleine mesure de ce que c’est de ne plus voir et chaque matin, au réveil, c’est un sévère rappel de la réalité.

          Elle est bien entourée par sa famille, mais elle a besoin de soutien et va revenir vers nous. Son dossier de mise en invalidité, incomplètement rempli par l’hôpital de Soissons est revenu sans aucune prise en charge et nous allons soutenir sa nouvelle demande.

 

          Nous avons revu aussi Jamila à Beauvais, dont la rétinopathie diabétique a éteint complètement un oeil et laissé seulement 1 dixième à l’autre. Elle a un petit garçon de 3 ans, son mari travaille beaucoup et est souvent absent. Sa mère qui l’accompagne partout bien sûr, est peut-être un peu trop omniprésente et devrait lui laisser davantage l’initiative. Nous la suivons et envisageons un stage de réadaptation au Centre Sainte Marie à Paris, si cela peut être compatible avec la garde de l’enfant.

 

          Un policier municipal est venu s’informer sur les loupes et les vidéo-agrandisseurs pour sa maman devenue mal-voyante.

 

          Fabrice a perdu la vue à 17 ans à la suite d’une agression. Il est resté longtemps replié sur lui-même, sans réagir, puis un jour il a fait une timide tentative, il est venu nous voir, mais il n’était sans doute pas assez mûr, il fallait qu’il affermisse encore son désir de reprendre sa vie en main. Nous ne l’avons  plus revu pendant un an.

          Il vient de revenir avec la volonté de travailler à sa réadaptation, il prend des cours de Braille et bien qu’habitant à Précy près de Creil, il s’est inscrit dans l’équipe de Céci-foot d’Handisport de Paris.

 

  

       Nos Petits Bonheurs

 

          Nous nous sommes projeté le film « ma femme est une actrice », une amusante comédie, dans nos locaux de Beauvais.

 

          Invitation au cinéma « Majestic », par Kelly Morello Présidente de « la Main dans la main », l’association des sourds et mal-entendants, que nous connaissons bien maintenant,  qui prend aussi en charge les sourds-aveugles, complètement coupés du monde, avec qui on communique par des signes et des symboles que l’on trace avec le doigt dans la paume de leur main.

          Le très nouveau film « Belle et Sébastien » était projeté en version adaptée en audio-description pour nous et avec sous-titres pour les sourds.

          L’invitée d’honneur Miss France 2011, très belle personne bien sûr, sourde elle-même, qui lit aisément sur les lèvres et parle avec une relative facilité.

          Nous n’avons pas manqué après le film, la séance de photos à laquelle s’est prêtée gentiment cette jolie et très grande Miss auprès de qui notre ami Jean-Claude paraissait bien petit.

          Chaque hiver la ville de Soissons installe une patinoire sur la   place de la Mairie et réserve gratuitement 3 matinées pour les personnes handicapées.

          Nous ne nous y risquons pas tous, ce n’est déjà pas toujours facile de garder son équilibre sur la terre  ferme quand on ne voit pas, alors sur la glace…

          Pourtant c’est la fête  pour Roger, il ne voit rien mais s’élance sur ses patins avec enthousiasme. Son patinage n’est pas très académique, il reste tout de même debout, de manière involontairement acrobatique il est vrai, mais il est heureux. C’est un jour qu’il attend patiemment chaque année.

 

          Nous étions venus nombreux visiter la sucrerie de Bucy le long dans l’Aisne. Le guide qui nous a accueillis était passionné et passionnant, il ne nous a rien épargné: les explications, puis un film, puis un diaporama, (nous étions déjà très calés), puis la visite dans le bruit et les odeurs fortes. Nous avons suivi le cheminement de la betterave encore terreuse jusqu’à cet or blanc qui coule comme d’une fontaine: le sucre cristallisé.

          Ce qui est saisissant, c’est de voir travailler les robots, de machine en machine, de salle en salle, la métamorphose se fait apparemment sans intervention humaine, les robots savent ce qu’ils ont à faire et on se demande où sont passés les hommes.

          Notre guide intarissable était aussi infatigable, nous l’étions un peu moins, nous sommes sortis un peu abasourdis après 4 heures de visite, comme si nous revenions du futur, notre petit sac de sucre à la main.

.

 

          Le mois de Décembre c’est bien connu est le mois des agapes et nous n’avons pas tremblé pour respecter cette tradition.

          d’abord un goûter chez nous à Laon, arrosé de vin mousseux de Craone, puis un goûter avec nos amis déficients visuels de Fournier Sarlovèze, accompagné pour chacun et pour chacune de nos voeux dans un petit paquet de gourmandises.

          Ensuite nous avons célébré la fin de l’année au restaurant « le Cocher » à Amiens, repas d’autant plus savoureux qu’il nous était offert par notre député et nous avons bien trinqué à sa santé. Nous avons déjeuné aussi au restaurant « La fontaine de Saint Jean au bois, ainsi qu’au restaurant « Beau séjour » à Beauvais. Nous avons  partagé le repas de fin d’année des  membres des Paralysés de France dans leur Relais de Laon. 

 

          Au restaurant « le Poivre rouge » de Villers saint Paul.

          Le plaisir de la table était un peu nuancé de nostalgie parce que c’est là que notre ami Régis Sorel, cardiologue en retraite, a quitté son poste de responsable de notre Antenne de Nogent.

          Accueillant, actif, courtois, sensible mais ferme, il a maintenu et développé parmi nos membres un climat d’amitié et d’action, bien secondé  par José Marie.

          Nous lui en sommes très reconnaissants et tous lui ont témoigné leur attachement par des paroles, des cadeaux, des livres, des disques et des mots croisés très difficiles comme il les aime.

          Il repasse le flambeau à Gabrielle, aimable et jeune retraitée de l’Enseignement.

          Longue vie à notre ami Régis!

       La Chasse aux trésors

 

          Si le mois de Décembre est celui des agapes, il est aussi sans doute celui de l’ouverture de la chasse aux trésors, nous y sommes donc allés de bon coeur.

 

          Premier chasseur Laurent, l’un des responsables de Soissons, joueur émérite de  pétanque, avant qu’il ne perde presque complètement la vue, Président du club « Alsace-Loraine  », il a organisé un tournoi  au profit du Fil d’Ariane.

          69 triplettes se sont affrontées, soit 207 joueurs. Ce tournoi s’est déroulé dans le boulodrome mis à notre disposition par la Ville, il a duré toute la journée et à 22 heures, après la remise des prix aux meilleurs, il est resté une bonne recette pour notre Antenne.

                   Bravo Laurent!

 

          Après un bon travail de préparations et de transports, nous nous sommes installés pour 2 journées de vente, dans un chalet de Noël dans les rues d’Amiens.

          Beaucoup de monde et les nombreux contacts avec les passants ont enrichi un peu notre caisse, mais le vrai bénéfice a été les échanges avec les gens, pas toujours clients, mais très souvent sympathisants.

 

          Là aussi après une longue préparation et un grand remue-ménage dans nos locaux rue saint Nicolas, pour la décoration, la mise en place des articles à vendre, il ne restait plus qu’à attendre les clients, sachant que la difficulté était de les faire monter jusqu’à notre premier étage. Pour cela, nous avions distribué des affichettes un peu partout dans la ville, à l’Office du tourisme, nous avions accroché une banderole au dessus de la porte d’entrée, passé des communiqués dans les 3 journaux de la région et mis une annonce sur notre site.

          Résultat: les gens sont bien venus pendant les 2 journées et beaucoup ont découvert notre association, ils ont fait leurs emplettes et se sont attablés dans l’atelier transformé en buvette avec le café gratuit et la dégustation-vente de crêpes faites sur place par Annia, experte en la matière.

          Le chiffre des ventes a été appréciable, mais plus encore les relations qui se sont nouées.

          Notre équipe de Beauvais a installé sa petite boutique dans le grand hall du Centre hospitalier, pendant  elle aussi 2 journées, comme elle en a l’habitude.

          Parmi les objets à vendre de la couture, des tricots et des bougeoirs en argent, des bougeoirs réalisés avec les couverts de nos grands-mères, les   cuillères et les fourchettes pliées en corolle et fixées sur un socle de bois d’un bel effet.

          Le député « Républicain en a acheté un et avant qu’il ait eu le temps de partir, le député socialiste est arrivé! On les voit tous les deux sur la photo.

                         

 

          Et voilà! Nous fermons la porte derrière nous, en sortant de cette difficile année 2015   et tous ensemble nous ouvrons à 2 battants celle de l’année 2016.

          Nous y entrons avec confiance malgré les nuages sombres.

          L’espérance est une grande force que nous devons déployer non seulement pour nous, les nôtres et notre association, mais bien au-delà, avec tous les hommes et les femmes de bonne volonté dans le Monde.

          Nous sommes en train de prendre conscience que c’est notre comportement individuel et nos choix personnels qui seront déterminants pour sauver la nature et la vie.

          Nous prenons conscience également que c’est ensemble solidairement et fraternellement que nous devons faire face à l’Adversité.

Published by le-fil-dariane
commenter cet article
11 décembre 2015 5 11 /12 /décembre /2015 16:53

 

                            Novembre 2015

 

 

Nos Rendez-vous

 

          Le premier a été la réunion de notre Conseil d’Administration pour sa session d’Automne, réunion statutaire bien sûr, mais toujours très amicale et dynamique.

          La présentation des comptes a été faite par Véronique Cuvelier, comptable professionnelle et bénévole au Fil d’Ariane, proposée par notre trésorier Jean-Pierre Despinoy qui, pour de sérieuses raisons de santé, a dû nous quitter.

          La gestion de chaque équipe a été examinée et s’est montrée conforme aux prévisions.

          La diminution annoncée des subventions nous incite à la recherche de ressources nouvelles, en particulier pour le Siège qui assure toutes les charges de l’association.

          Nous avons nommé notre vice-Présidente Dominique Javier trésorière en intérim jusqu’à la fin de l’exercice en Avril 2016.

          Le point ensuite sur les activités de chaque équipe, a montré, le blog en rend ccompte, le bon niveau de vitalité de notre association.

 

          Informations intéressantes lors de la réunion organisée par le CLIP de Laon, comité de liaison et d’intervention pour les personnes âgées. Ces informations concernaient particulièrement les « aidants » auprès des personnes âgées et des personnes handicapées.

 

          Nous avons reçu madame Calpéna guide-conférencière du château de  Pierrefonds. Elle a remarqué notre association lors de notre visite de ce château  avec les Anges musiciens. Elle nous demande d’organiser une réunion pour les 10 guides-conférencières du château, pour mieux comprendre les difficultés des personnes qui ne voient pas  et ainsi de pouvoir bien les guider et rendre leurs interventions plus adaptées. Date prévue: Février 2016.

 

          Monsieur Fontaine, mal-voyant, membre de notre association, Président de « La promotion du Bénévolat », nous a invités pour

 une conférence dans les locaux de Proméo, service formateur de l’apprentissage en alternance avec les entreprises.

          Dans cette conférence, l’Ambassadrice d’Autriche est intervenue sur la pratique de l’apprentissage très répandue dans son pays.

          Ensuite sont venus les éloges et les prix du bénévolat, pour lesquels nous n’étions pas candidats.

 

          Invittés par la Mairie de Nogent, nous avons participé à la réunion faisant le point sur la vie associative dans la ville, où nous tenons bien notre place.

 

          Dans les locaux de « France bénévolat », rencontre « Speed bating » (ce serait si simple de le dire en français). Rencontre donc avec des  jeunes de 18 à 25 ans présentés par la « Mission locale », ces jeunes cherchent du travail en désirant changer d’orientation,  ils ont donc besoin de stages pour découvrir d’autres métiers.

          Dès le lendemain Antony qui a un BTS d’einformatique, mais voudrait devenir éducateur spécialisé a commencé son stage dans nos bureaux et prochainement Grégory, un autre stagiaire viendra le rejoindre.

 

          Que de rendez-vous manqués, de dérangements inutiles, d’appels sans réponses, que de temps perdu!

          Nous avons été pris entre l’affrontement de 2 administrations aussi têtues l’une que l’autre, bloquées dans leurs principes et leurs règlements. D’un côté le bailleur « l’Habitat saint-quentinois, qui gère les HLM de la ville, et de l’autre France-télécom. L’objet du litige: un petit trou à percer dans le mur pour le passage du fil de notre ligne téléphonique.

          Leurs techniciens se sont dérangés à tour de rôle pour dire à chaque fois que c’était à l’autre de faire le trou, ce petit trou qui existait auparavant, mais qui avait été bouché par les travaux de ravalement.

            Il a fallu pour finir toute l’insistance et l’extrême patience d’Agnès notre responsable, pour qu’enfin, après tant d’énergies perdues, notre équipe de Saint-Quentin retrouve son téléphone, le 03 23 65 82 50 où vous pouvez à nouveau la joindre.

Pour une meilleure accessibilité

 

          Nous avons adressé un courrier au Préfet de l’Oise, pour lui préciser, dans le cadre de l’ADAP les aménagements que nous nous engageons à réaliser afin de rendre nos locaux du 1 Avenue de Champagne à Beauvais, accessibles à toutes les personnes handicapées.

 

          Nous avons siégé comme chaque mois dans la Commission départementale d’accessibilité de l’Aisne, pour en ce qui nous concerne, vérifier les bonnes conditions d’accessibilité prévues dans les nouveaux permis de construire.

 

          Anita, non-voyante, notre « voyageuse d’essais », a expérimenté pour le compte du Conseil Régional, l’efficacité du service « Accès plus sur la ligne SNCF Amiens-Poix en Picardie, puis sur le parcours Laon-Tergnier.

          Ces 2 tests se sont déroulés dans d’excellentes conditions de  prise en charge par les agents des TER.

 

          Béatrice, notre responsable Accessibilité, a été invitée à un goûter puis à un déjeuner par Pierre, non-voyant, résident de l’Arche de Trosly-Breuil.

          Nous le connaissons bien, il vient de temps en temps jouer aux dominos avec nous et Joël lui a donné des cours de locomotion. Il prend maintenant sa retraite et change de foyer, il s’installe à l’Ermitage avec une nouvelle équipe autour de lui, ce qui a nécessité certains conseils pratiques et la recherche de nouveaux repères.

 

          A l’Université Technologique de Compiègne, nous avons rencontré David futur ingénieur, ayant beaucoup voyagé en Europe et au Japon, à la recherche de techniques inovantes.

          Il travaille actuellement avec d’autres étudiants à la conception d’une nouvelle montre tactile. Nous aurons à tester le prototype dès qu’il sera prêt et ils espèrent ensuite la faire fabriquer à un prix très économique.

 

 

Communiquons

 

          Les enfants du CM 2 de l’Ecole Bossuet de Beauvais nous ont reçus et nous leur avons parlé des personnes qui voient mal et de celles qui ne voient rien du tout. Nous les avons rassurés sur leur sort en montrant les ressources que leur apporte la technologie moderne et l’aide que peuvent leur procurer les associations telles que la nôtre.

 

          Une centaine d’élèves du Lycée de Chantilly nous ont rencontrés sur le thème du bénévolat pour les jeunes. Par petits groupes ils nous ont posé des questions sur notre action, nos activités et leur participation possible.

          L’intérêt de ces forums ne vient pas de leur engagement, rare et éphémère, mais plutôt de l’éveil que nous  pouvons susciter chez ces futurs citoyens, éveil de la prise de conscience qu’ils auront une place à tenir à leur tour, dans les associations qui humanisent notre société.

 

          Intéressants dialogues avec de nombreuses personnes pendant les 2 journées du forum « Santé Info Handicaps », réalisé cette année  à Laon, par l’Union des handicapés de l’Aisne.

          Comme d’habitude belle organisation, nombreux intervenants et le  public est venu.

 

          Nous sommes aussi des habitués du Salon du Livre du Grand Fresnoy. Nous avons montré nos ouvrages en gros caractères, en braille et sur CD, ces livres intriguent les visiteurs et permettent d’intéressantes discussions avec le public et avec les écrivains.

 

          Le Courrier Picard a fait paraitre un bel article sur notre association et notre équipe, reportage fait après notre communiqué pour la Journée nationale des Aveugles. Article certainement convainquant, puisque dès le lendemain de sa parution une dame s’est présentée pour être bénévole.

 

          A Crépy en Valois nous avons présenté une de nos excellentes lectrices Joelle, à  Maryse qui depuis des années présente chaque semaine pendant une heure l’émission du Fil d’Ariane sur radio RVM. Cette émission de lecture de romans et de nouvelles est destinée aux personnes qui ne savent pas ou ne peuvent plus lire.

          A l’avenir une fois par mois, grâce à l’arrivée de Joelle, l’émission durera 1 heure 30 pour la lecture d’un livre à 2 voix.

La Chasse au Trésor

 

          Quand il fait froid, qu’il pleut et qu’il vente, comment tenir une brocante?

          Demandez-le à notre équipe de Laon. Elle s’est installée dans sa salle du rez-de-chaussée, bien au chaud, avec tous ses petits objets qui attendent une deuxième vie, ça c’était facile, mais ce qui ne l’était pas, c’était d’y faire venir les gens, d’y faire entrer les clients et ça elle l’a réussi, c’est la recette qui l’a dit.

          Et puis elle a fait circuler des « Grilles de solidarité », vous savez ces grilles où on achète une case, sachant que 98 sont vides et que seulement 2 peuvent vous rapporter un petit quelque chose.

          C’est bien pour ça qu’on les appelle « Grille de Solidarité »!

 

          Nous sommes allés avec plaisir à la réunion de la Caisse primaire d’assurance maladie de Beauvais, car c’est dans cette réunion que sont annoncées les subventions aux associations, petit moment de suspense…

          Un grand merci à la CPAM pour le soutien réel qu’elle nous apporte chaque année.

 

          Un autre rendez-vous important, celui avec Monsieur Ancelin, directeur du nouveau lycée Jean-Paul II créé par la fusion des lycées privés Guynemer et Notre Dame de Latiloy, dans lesquels nous sommes souvent intervenus.

          La démarche de Maria notre Présidente était de demander l’organisation d’une manifestation de soutien financier à notre association.

          Elle a dû être convaincante puisqu’elle a obtenu que le grand cross annuel du lycée en 2016 se fera à notre profit.

          Pour cette manifestation Maria a obtenu également le concours de France bénévolat et de la Mission locale pour aider au déroulement de cette épreuve.

Nos petits bonheurs

 

          Vous connaissez nos moments de détente autour de nos permanences-clubs: discussions, anniversaires, petits bricolages, jeux de cartes, jeux de dés, gym douce, sophrologie, cinéma, piscine, promenades guidées, sorties…

          Ce mois-ci, on ne sait pas pourquoi, ce sont plus particulièrement les plaisirs de la table qui nous ont attirés

          Nous étions près d’une vingtaine à notre goûter des résidents non-voyants de la Maison de retraite Fournier Sarlovèze. Nos deux Brigite à la fois pâtissières et hôtesses ont animé avec bonne humeur ce rendez-vous gourmand et toujours attendu.

 

          Pour le partage du repas-école, il a fallu d’abord s’installer dans la cuisine et éplucher, couper, cuire, rôtir, saler, poivrer, aromatiser ou sucrer, décorer puis servir.

          Seulement alors, se mettre à table dans la grande salle et déguster…ou grimacer.

 

          Quittant Beauvais pour Soissons, nous étions 30 au restaurant l’Escale, agréable réunion pour marquer, un peu à l’avance, il est vrai, la fin de l’année.

          Nous avons eu tout le temps de déguster un excellent repas, puisque le cuisinier a battu un record de lenteur: presque 5 heures entre l’apéritif et le café!

          La musique (un peu forte pour certains), incitait entre 2 plats d’aller danser dans la salle voisine, pour en revenir avec un peu plus d’appétit.

 

 

Nos rencontres

 

          L’hôpital de Soissons nous a appelés au chevet de Margot 26  ans, elle vient de perdre la vue, probablement à la suite d’une  trombose occulaire.  Elle est courageuse, elle va rentrer chez elle à Crépy en valois mais restera en relation avec nous.

 

          Notre groupe de paroles rue Saint Nicolas, s’est réuni, animé par Paule, pour la détente des tensions et laisser les mots extérioriser les souffrances.

          Pascal y était, artisan installateur de cuisines  et de salles de bain. La perte de la vue l’a privé de son travail et le laisse dans un grand vide. On sait aussi combien les artisans sont mal protégés en cas d’invalidité.

 

          Nous avons reçu la petite Sira 3 ans et sa maman. Elles sont syriennes, l’enfant a été opérée dans son pays, sans succès, on imagine dans quelles conditions.

          Aujourd’hui elle est entrée à l’école maternelle à Beauvais. Nous avons rassuré la maman sur les perspectives d’adaptation et d’avenir pour l’enfant et nous les avons dirigées sur le SAIDV d’Agnetz. Là Sira bénéficiera d’un soutien pédagogique spécialisé et d’une auxiliaire de vie scolaire.

 

          Groupe de paroles à Saint-Quentin  à la demande de 3 mamans envoyées par le SAAAI, service d’accompagnement pour l’autonomie pour les enfants déficients visuels de l’Aisne.

          Ces mamans avaient besoin d’exprimer leur peine et leurs difficultés.

          L’une est la maman de la petite Lili qui a 3 ans. Prématurée à 6 mois, une  erreur d’oxygénation dans la couveuse lui a ôté la vue et provoqué une fragilité pulmonaire. Elle vient d’entrer en maternelle et nous avons mis la maman qui est polonaise en relation avec notre amie Marie, elle aussi polonaise.

          La deuxième maman a un petit garçon de 4 ans et demi, Hugo. Des glaucomes l’ont rendu presqu’aveugle et sa cornée blanchit, on espère une opération possible.

          Le  fils de la troisième maman Cyrille, est plus grand, il a 14 ans. Sa déficience mentale est accompagnée par une déficience visuelle et auditive.

          Il est maintenant appareillé, ça le rassure un peu, mais il reste très    craintif et ne  supporte pas d’être séparé de sa maman.

 

Pour Roger

 

          Dans le petit matin les ouvriers descendent des bus et arrivent à l’usine. Ils entrent, chacun va prendre son poste, passe dans les allées et les ateliers encombrés, au milieu du bruit des machines, du fracas des presses qui emboutissent la tôle.

          Nous sommes chez Chausson à Creil, on emboite, on soude, on visse, on fabrique des voitures. Il faut suivre la chaîne qui avance lentement.

          Roger est sellier, il garnit et recouvre les sièges, il a le tour de main précis, il se penche, il tend et fixe le tissu…

          Ce même matin Jacqueline prend le bus, elle descend à la gare de Creil, monte dans le train, à la gare du Nord elle descend dans le métro jusqu’au Ministère des Affaires Etrangères; 2 heures de transport pour l’aller.

          Dactylo dans un Secrétariat, sa machine à écrire crépite toute la journée, avec celles de ses 4 collègues…

          En sortant du bureau elle retrouve ses 2 heures à passer pour le retour.

          Tous deux se rejoignent chez eux à Nogent, avec Laurent leur fils,un jeune garçon espiègle. On se parle, on raconte, on rit, on prépare le dîner, comme dans toutes les familles…

          Pas tout-à-fait comme dans toutes les familles, Roger et Jacqueline sont aveugles depuis leur enfance. Lui venait de l’Est près de Verdun, elle, est née à Oran qu’elle a dû fuir dans les soubressauts de l’Indépendance. Leurs 2 vies se sont croisées dans un voyage organisé et elles ne se sont plus jamais séparées.

          Le Fil d’Ariane, alors jeune association, a eu la chance de les rencontrer et nous avons admiré la façon naturelle de mener leur existence, leur sens de l’organisation, leur capacité de gagner leur vie par le travail, leur goût de s’intéresser aux autres et de se lier d’amitié…

          Ils étaient la   démonstration vivante de ce que nous voulions faire découvrir aux personnes qui perdent la vue: même sans voir on peut retrouver le plaisir de vivre.

          L’exemple de Roger et de son épouse nous ont grandement aidés à structurer notre aide à la réadaptation, à montrer des modèles et à prouver que même sans voir on peut tenir sa place dans la société.

          Roger circulait seul avec aisance et faisait ses courses dans son quartier de Nogent, ou dans les rues autour  des Quinze-Vingts où ils vivaient tous deux de plus en plus souvent.

          Avec son épouse il participait à des réunions, à des sorties, au chant choral. Pour les vacances ils ont pris souvent en charge le déplacement en train de leurs amis paralysés du Foyer de Creil, et d’autres fois ils  partaient pour l’étranger.

          Roger excellent marcheur randonnait souvent dans la nature avec un petit groupe d’amis.

          Il avait aussi son caractère, quelques fois pointilleux, mais c’était le gage de son savoir faire. Très croyant et pratiquant, il y puisait sa force.

          Avec les années il entendait de moins en moins bien, mais il supportait avec patience la montée de la surdité, si difficile à accepter lorsque l’on ne voit pas.

          Il vient de terminer son long et éprouvant parcours terrestre, entouré et protégé par son épouse et lui qui en a été privé toute sa vie, il vient d’entrer dans la Lumière. Et Jacqueline lui a dit après son dernier souffle: maintenant Roger,   tu vois!…

Published by le-fil-dariane
commenter cet article